Révocation de la donation dernier vivant

Mia1285 - 13 juin 2018 à 11:31 - Dernière réponse :  Mia1285
- 15 juin 2018 à 09:14
Bonjour,

Ma sœur et moi sommes dans une impasse.
Notre père est décédé il y a 10 ans et bien que mes parents aient divorcé il y a 29 ans maintenant, notre mère est usufruitière de la moitié de la maison de mes grands-parents paternels, ceux-ci en ayant fait don de leur vivant à notre oncle et notre père.
Voilà 5 ans que notre mère a refait sa vie en nous en excluant totalement, nous n'avons même pas son adresse, elle ne répond pas à nos messages ni nos appels.
Notre grand-père paternel est décédé et notre grand-mère vit en CANTOU. Nous voudrions vendre la maison pour pallier au frais médicaux de notre grand-mère.
Nous voudrions évincer notre mère de la succession de notre père en revoquant la donation dernier vivant qui avait été faite mais nous avons besoin d'être aiguillées dans nos demarches et sinon, quel recours avons-nous?
Afficher la suite 

Votre réponse

5 réponses

condorcet 26129 Messages postés jeudi 11 février 2010Date d'inscription 19 juin 2018 Dernière intervention - 13 juin 2018 à 11:56
0
Merci
Nous voudrions évincer notre mère de la succession de notre père en revoquant la donation dernier vivant qui avait été fait
Vous n'avez absolument aucun moyen de parvenir au résultat recherché.
Seul votre père, de son vivant, aurait pu révoquer cette donation au dernier vivant.

quel recours avons-nous?
Ses droits en usufruit ne portant que sur la moitié de cette maison de vos grands-parents paternels il existe donc une indivision entre elle et votre grand-mère vivant en maison de retraite, puisque cette grand-mère détient aussi des droits en usufruit sur sa moitié.
Il faudrait parvenir à l'atteindre pour l'inviter à s'associer à vous pour vendre cette maison.
Puisqu'elle semble observer le silence à vos courriers, il vous reste une dernière tentative d'un courrier recommandé avec A.R. en lui précisant qu'en cas de refus vous aurez la possibilité d'en passer par un procès en justice.
Le mot "procès" a toujours une certaine résonance chez certaines personnes.
Merci de votre réponse. Nous avons déjà demandé l'intervention d'un huissier de justice pour une sommation interpellative afin qu'elle se prononce sur la vente de la maison puisque tous nos courriers et recommandés avec AR (certains n'ont même pas été récupéré) n'ont jamais eu de réponse, c'est comme ça que nous avons su qu'elle a déménagé.
Notre notaire (qui n'a pas de réponse non plus de notre mère) nous conseille donc de poursuivre nos démarches de sommation pour avoir une réponse pour la vente et si cette réponse est négative, nous pourrons aller au tribunal pour une "liquidation de la succession"?
condorcet 26129 Messages postés jeudi 11 février 2010Date d'inscription 19 juin 2018 Dernière intervention > Mia1285 - 13 juin 2018 à 12:52
et si cette réponse est négative, nous pourrons aller au tribunal pour une "liquidation de la succession"?
Même en l'absence de réponse, vous serez dans l'obligation d'engager une procédure judiciaire par l’intermédiaire d'un avocat.
Ce n'est pas au niveau de la liquidation de la succession qui est réglée depuis longtemps, mais vis à vis de l'indivision existant entre tous ses membres détenteurs de droits dans la propriété.
Un seul d'entre eux se mettrait-il en travers du chemin que cette procédure se doit d'être engagée pour l'y contraindre.
En fait j'ai oublié de préciser que la succession de notre père n'a jamais été signée chez le notaire.
À l'époque du décès de mon père (qui n'avait que cette moitié de maison), nos grands-parents ont demandé à ma mère de renoncer à l'usufruit. Notre mère acceptait si nous lui remettions, ma sœur et moi, la somme équivalente à son usufruit. Somme que nous n'avions pas à l'époque et que nous n'avons toujours pas. Et notre mère s'est brouillée avec nous. Depuis le décès de notre grand-père il y a 8 ans, plus personne ne s'oppose à la signature de la succession sauf notre mère. La dernière tentative d'accord avec notre mère remonte a il y a 4 ans. Elle ne veut pas l'usufruit de la maison, elle veut que nous lui donnions de l'argent mais sans son accord pour vendre la maison, nous ne pouvons pas lui en donner.
C'est un peu le chat qui se mord la queue... maintenant, elle a déménagé sans laisser d'adresse et garde le silence. Et nous, nous avons une maison qui tombe en ruine sur les bras...
Nous allons lancer la procédure au tribunal. Nous ne voulions pourtant pas en arriver là mais c'est la seule solution.
Merci de vos réponses.
Commenter la réponse de condorcet
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une