20 % usufruit Quid des 80 % ? [Résolu]

anko - 30 déc. 2017 à 09:52 - Dernière réponse :  anko
- 9 janv. 2018 à 18:03
Bonjour,
Suite au deces de mon père ma mère à choisi 1/4 en toute propriété et 3/4 en usufruit .compte-tenu de son âge 88 ans l'usufruit n'est que de 20% . Puis-je toucher maintenant les 80% des liquidités?
Afficher la suite 

14 réponses

Répondre au sujet
+1
Utile
Bonjour
Réponse négative, les liquidités de la succession étant laissées à votre mère au titre du quasi-usufruit pour qu'elle puisse bénéficier de cet usufruit.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Commenter la réponse de Ulpien
Gayomi 3165 Messages postés dimanche 17 mars 2013Date d'inscription 22 avril 2018 Dernière intervention - 30 déc. 2017 à 10:25
0
Utile
12
Pour toucher concrètement votre part, il faudrait que votre mère accepte que vous procédiez au partage des liquidités. Vous ne pouvez pas l'y contraindre.
Gayomi 3165 Messages postés dimanche 17 mars 2013Date d'inscription 22 avril 2018 Dernière intervention - 30 déc. 2017 à 19:32
Un partage ;-)
anko > Gayomi 3165 Messages postés dimanche 17 mars 2013Date d'inscription 22 avril 2018 Dernière intervention - 9 janv. 2018 à 11:36
Bonjour Gayomi , la maison de mes parents dont j'etais "nu proprietaire " a été vendue , avec mon accord pour 120 000 euros sous reserve de partage et je n'ai perçu que 36 000 euros ( 120 000 : 2 = 60 000 moins 25% 15000 = 45 000 et encore moins 20% usufruit 9000 restent 36000 euros ) est-ce normal ?
Ok j'ai tout compris .Merci pour vos informations précieuses.cordialement. anko
Gayomi 3165 Messages postés dimanche 17 mars 2013Date d'inscription 22 avril 2018 Dernière intervention - 9 janv. 2018 à 17:55
Le calcul de votre part de NP dans la maison est correct.
Merci pour la confirmation de cette mauvaise nouvelle . Mais est-il préférable de recevoir 36 000 euros maintenant que 120 000 euros dans x années . Le facteur x étant l'inconnue qui peut varier entre 6 mois et 20 ans ....
Commenter la réponse de Gayomi
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une