Donation entre époux, les conséquences pour les enfants

Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2017
- - Dernière réponse : saporiton
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2017
- 27 déc. 2017 à 19:16
Bonjour,
ma belle mère avait 2 enfants et s'est remariée avec un homme qui n'en avait pas. Ils ont fait une donation entre époux.
Deux ans plus tard, le monsieur a adopté ma femme ( adoption simple) et lui a donné la nue-propriété.
Ce monsieur est décédé, puis sa femme.
Ma belle soeur qui n'a pas été adoptée, réclame sa part de l'héritage : la mère aurait choisi le quart en pleine propriété donc elle réclame un huitième de l'héritage
qu' en est il ?
merci
Afficher la suite 

7 réponses

Meilleure réponse
1
Merci
Bonjour
Etant donné le galimatias que représente ce texte, il n'est pas possible d'y répondre car on ne sait pas ce qu' a donné exactement le donateur ni que comportait la succession de l'épouse. De plus aucune date n'est indiquée ce qui ne permet pas de savoir si ces successions étaient placées sous l'ancien régime ou non .C'est souvent le cas lorsque l'internaute parle en réalité pour une autre personne.

Dire « Merci » 1

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

droit-finances 25897 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Utilisateur anonyme -
Qu'est-ce qu'on a à faire de l'ancien ou du nouveau régime ? il y a une donation au dernier vivant, elle a choisi 1/4 en PP. C'est clair, non ?
Commenter la réponse de Ulpien
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2017
0
Merci
Mon beau père avait adopté ma femme ( et pas sa soeur), donc il n'avait qu'un enfant
adoptée elle a reçu la nue-propriété des biens immobiliers
la succession de l'épouse ne comportait que de la trésorerie
le mariage a eu lieu en 1973
l'adoption en 1975 ainsi que l'acte de donation de la nue-propriété des biens
le décès de Monsieur en 1996
le décès de Madame en 2016
Commenter la réponse de saporiton
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2017
0
Merci
la question essentielle semble être :

la veuve peut elle obtenir 1/4 des biens immobiliers alors qu'ils ont été donnés en nue-propriété à la fille adoptive du défunt ?
Ces biens ne sont plus dans la succession, des droits d'enregistrement de l'acte ont été acquittés en 1975
Bonjour
Si la succession de ce monsieur ne comportait que des biens immobiliers et que la NP de ces derniers a fait antérieurement l'objet d'une donation entre vifs au profit de sa fille, le conjoint survivant ne peut opter et donc bénéficier que de l'usufruit qui est de 1/4 au titre de la dévolution légale et de la totalité au titre d'une DDV-car le CS n'est pas héritier réservataire.
C'est le cas classique dans lequel le CS ne doit pas opter pour la pleine propriété.
Commenter la réponse de saporiton
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2017
0
Merci
Merci MimiMouette

voici la réponse d'un cabinet de notaires :

Votre belle mère n'a pu hériter que de ce qui appartenait à son mari lors de son décès.
Il faut donc vérifier sa succession.
Le mari pouvait parfaitement consentir une donation de ses biens à sa fille adoptive (votre épouse).
Celle-ci étant seule enfant, n'est pas tenue de rapporter à la succession de son père adoptif, les biens qu'il lui a donnés.
Peut-être aurait il pu consentir, lors de la donation, une réversion d'usufruit à son épouse (mais cela ne changerait rien, l'usufruit s'éteignant au décès du bénéficiaire).
Et donc, sous réserve de vérification, votre épouse ne doit rien à sa soeur, qui n'est pas sa co-héritière vis-à-vis de son père adoptif.
Le code civil est très exigeant sur la propriété : on ne peut prendre à quelqu'un un bien lui appartenant même en nue-propriété
Utilisateur anonyme -
Celle-ci étant seule enfant, n'est pas tenue de rapporter à la succession de son père adoptif, les biens qu'il lui a donnés.
Ceci est étonnant, j'aimerais bien savoir selon quel texte.
Pour le reste je suis d'accord et je n'ai jamais dit le contraire
Commenter la réponse de saporiton
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2017
0
Merci
voici la réponse du cabinet notarial :

Par ailleurs, il est possible qu'elle ait opté pour 1.4 en pleine propriété ET 3/4 en usufruit.
Mais cela ne change pas les choses.
Votre belle-mère n'a hérité, ainsi que je vous l'ai dit, que des biens qui dépendaient de la succession, et non pas de ce qui avait été donné précédemment par son mari à votre épouse.
Donc, 1/4 de zéro=0.
Commenter la réponse de saporiton
-2
Merci
Bonjour
Votre belle sœur à droit (sauf autre disposition testamentaire) à la moitié de la succession de sa mère. Cette succession contient ce qui reste du quart de la succession du père adoptif de votre épouse. On ne peut guère vous en dire plus sans avoir le dossier sous les yeux, demandez au notaire de préparer le partage.
saporiton
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2017
-
Bonjour,

merci pour votre réponse

Cependant, lors de son adoption , ma femme a reçu la nue-propriété des biens
sa mère ne pouvait donc plus opter pour le 1/4 en pleine propriété au décès de son mari
elle ne pouvait pas s'attribuer un bien qui n'appartenait plus au défunt

merci
Utilisateur anonyme > saporiton
Messages postés
6
Date d'inscription
lundi 25 décembre 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
27 décembre 2017
-
Je n'ai pas dit que votre belle sœur à un droit sur le bien reçu en donation par votre épouse, mais sur 'ce qui reste du quart de la succession du père adoptif de votre épouse'
S'il reste quelque chose, c'est en valeur équivalente, puisque votre belle mère n'a pu obtenir ce quart qu'en valeur équivalente.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
-2
Merci
Et la réponse c'est comme j'ai déjà écrit : non elle ne peut obtenir aucun droit sur les biens MAIS elle a des droits équivalents en valeur.

'Ces biens ne sont plus dans la succession'
Mais leur valeur y est rapportée.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Dossier à la une