Congé donné par le bailleur moins de 3 mois avant la fin du bail

Signaler
Messages postés
5
Date d'inscription
lundi 24 juillet 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
4 janvier 2021
-
Messages postés
43694
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
6 décembre 2021
-
Bonjour,

Mon propriétaire vient de m'envoyer un courriel en disant que le contrat de location ne sera pas reconduit pour une nouvelle année, en raison des dysfonctionnements des installations sanitaires (qui était bouchées deux fois pendant juillet en nécissitant un plombier les deux fois, mais les tuyaux sont très vieux, dont je suis toujours respecteuse). La fin du bail est le 31/08/2017, est-ce qu'il a encore le droit de décider de ne pas renouveler le bail? En plus, est-ce que le problème avec les tuyaux constitue un 'motif légitime et sérieux' pour mon éjection, s'il n'est pas ma faute?

Les infos : le bien est meublé, le contrat dure 1 an. Le bailleur m'a dit qu'il envoie aussi une lettre recommandé de la résiliation du bail.

Je vous remercie à l'avance pour vos réponses!

2 réponses

Messages postés
26019
Date d'inscription
samedi 15 novembre 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
27 septembre 2021
7 346
Ce motif n'est pas "légitime et sérieux", le préavis n'est pas respecté et en plus la loi ne retiens pas le mél comme méthode pour donner congé !
Messages postés
5
Date d'inscription
lundi 24 juillet 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
4 janvier 2021

Le bailleur m'a dit qu'il envoie aussi une lettre avec accusé de réception, mais j'espère que vous avez raison au sujet du motif. J'ai peur de le contester, mais peut-être qu'il a dépassé les délais de me prévenir, de toute façon?
Messages postés
43694
Date d'inscription
dimanche 12 avril 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
6 décembre 2021
12 257 >
Messages postés
5
Date d'inscription
lundi 24 juillet 2017
Statut
Membre
Dernière intervention
4 janvier 2021

bonjour,

en vertu du délai, de la forme et du motif de congé non conformes (comme dit par Poisson), votre bailleur ne peut pas résilier votre bail cette année.

Durée des travaux et indemnisation :
Cf. :
https://www.legavox.fr/blog/franck-azoulay/obligation-meconnue-bailleur-garantir-jouissance-17387.htm

« Au titre de l’article 1724 du code civil, lorsque des travaux urgents sont à réaliser sur le logement, alors le locataire ne peut obtenir dédommagement des troubles subis.
Toutefois, depuis la loi ALUR du 24 mars 2014, le trouble subi par le locataire est indemnisable par le bailleur si les travaux durent plus de 21 jours.
Au-delà de 21 jours, le prix du bail est réduit à « proportion du temps et de la partie de la chose dont il a été privé. »
Toutefois, le locataire peut également obtenir réparation du préjudice causé.
(…) »

CDT.
Messages postés
26019
Date d'inscription
samedi 15 novembre 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
27 septembre 2021
7 346
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F929


et la référence


loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986
## Titre Ier bis : Des rapports entre bailleurs et locataires dans les logements meublés résidence principale


Article 25-8


I. ― ...
Le bailleur qui souhaite, à l'expiration du contrat, en modifier les conditions doit informer le locataire avec un préavis de trois mois. Si le locataire accepte les nouvelles conditions, le contrat est renouvelé pour un an.

Lorsqu'il donne congé à son locataire pour reprendre le logement, le bailleur justifie du caractère réel et sérieux de sa décision de reprise.

Le bailleur qui ne souhaite pas renouveler le contrat doit informer le locataire avec un préavis de trois mois et motiver son refus de renouvellement du bail soit par sa décision de reprendre ou de vendre le logement, soit par un motif légitime et sérieux, notamment l'inexécution par le locataire de l'une des obligations lui incombant.

A peine de nullité, le congé donné par le bailleur doit indiquer le motif allégué et, en cas de reprise, les nom et adresse du bénéficiaire de la reprise ainsi que la nature du lien existant entre le bailleur et le bénéficiaire de la reprise qui ne peut être que le bailleur, son conjoint, le partenaire auquel il est lié par un pacte civil de solidarité enregistré à la date du congé, son concubin notoire depuis au moins un an à la date du congé, ses ascendants, ses descendants ou ceux de son conjoint, de son partenaire ou de son concubin notoire.

En cas de contestation, le juge peut, même d'office, vérifier la réalité du motif du congé et le respect des obligations prévues au présent article. Il peut notamment déclarer non valide le congé si la non-reconduction du bail n'apparaît pas justifiée par des éléments sérieux et légitimes.

Le congé doit être notifié par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou signifié par acte d'huissier ou remis en main propre contre récépissé ou émargement. Ce délai court à compter du jour de la réception de la lettre recommandée ou de la signification de l'acte d'huissier ou de la remise en main propre.