Travaux supplementaires suite ravalement que je n'ai pas voté

ravalement - 20 mars 2017 à 10:26 - Dernière réponse : relou 5104 Messages postés samedi 22 décembre 2012Date d'inscription 20 avril 2018 Dernière intervention
- 20 mars 2017 à 15:04
Bonjour,

Il y a deux ans j'ai acheté un appartement, dont le ravalement était déjà voté, donc à la charge du vendeur, lors de la transaction, la somme pour ce ravalement a été séquestré chez le notaire.

Sur la promesse de vente, il était écrit en rouge et lettres capitales que le ravalement "voté ou non, payé ou non" demeure à la charge du vendeur.

Aujourd'hui, on me réclame des sommes dûes à travaux supplémentaires non prévus initialement.

Puis-je réclamer que ces sommes soient payées par le vendeur ? Je n'arrive plus à joindre le notaire, ni par mail ni par téléphone, peut-être parti à la retraite entre temps.
Afficher la suite 

2 réponses

Répondre au sujet
relou 5104 Messages postés samedi 22 décembre 2012Date d'inscription 20 avril 2018 Dernière intervention - Modifié par relou le 20/03/2017 à 15:04
+1
Utile
bonjour
Le vendeur ne doit payer que ce qu'il a voté .
Si des dépenses supplémentaires au devis initial ont été faites après la vente définitive ,selon le montant ,elles ont été validées en AG ou approuvées par le syndic et le conseil syndical .Elles ont donc été faites alors que vous étiez propriétaire .C'est donc à vous de payer
Le notaire n'a plus rien à voir dans cette affaire .
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Commenter la réponse de relou
Poisson92100 23267 Messages postés samedi 15 novembre 2014Date d'inscription 19 avril 2018 Dernière intervention - 20 mars 2017 à 10:34
0
Utile
Bonjour
Cela se plaide...
en tout cas le notaire ne fera rien ne rêvez pas

Si l'acte vous parait précis sur ce point
Si la dépense supplémentaire peut clairement par des écrits être rattaché au ravalement lui même.. (c'est quoi le complément ?)
demande en RAR au vendeur ...et sans réponse juge de proximité
Commenter la réponse de Poisson92100
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une