Vieille créances et interets exorbitants

Signaler
Messages postés
15
Date d'inscription
vendredi 15 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2018
-
Messages postés
23
Date d'inscription
jeudi 9 octobre 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
28 septembre 2015
-
Bonjour à tous,
J'ai reçu un courrier de la société ........ huissiers de justice à Calais.
Dans ce courrier,ils me réclame une créance datant de 2003 et portant la mention suivante :
"En vertu d-d'une requète et dune injonction de payer rendue Par le TI de .... le 05/09/2003 siginfié en date du 24/11/2003 dument revêtu de la formule executoire en date du 01/02/2004 signifiée en date du 22/06/2004 portant la référence .../03 vous devez la somme présentée dans le décompte ci-dessous:
- Principal 2034,21 Euros
- Frais LRAR 4.30 Euros (pas reçu de recommandé le courrier était en lettre simple)
- Intérets calculés 2996.45 Euros
- Taux d'intérets 15.48% 05/09/2003 au 17/03/2013
- Requete FICOBA on line 0.72
- Art 08 droit recouvrement 103.50 euros
Soit un total de 5132 euros "

Dans ce courrier ils m'informent que mon créancier à changer ce n'est plus FACET mais Credinvest.

Mes question sont les suivantes :

- Sur quoi se basent-ils pour déteminer le taux d'intéret ?
- La prescription quinquénales ne s'applique-t-elle pas dans mon cas ?
- Suis-je en doit de demander les documents officiels liés à la cession de ma créance ?
-Pourquoi EOS Crédirec n'a jamais répondu à mes sollicitations concernant la transmission du titre exécutoire?
- Est-il judicieux au regard du coût des honoraires de prendre un avocat pour tirer cette affaire au clair ?
- Combien me couterai l'intervention d'un avocat sachant que je ne bénéficie pas de l'aide juridictionnelle ?
Je vous remercie de vos réponses
Bien cordialement Michel

10 réponses

Messages postés
15
Date d'inscription
vendredi 15 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2018
6
Bonjour à tous,

Quelques mots concernant les suites de l'affaire :

- Le 11 juin Marcotte Ruffin a mandaté un huissier qui a procédé à une saisie attribution sur mes comptes bancaires pour un montant de plus de 5000 euros, le solde de mon livret A ainsi que l'argent disponible sur mon compte courant ont donc été bloqués.

- Par courrier LRAR du 20 juin je leur ai demandé de me transmettre la preuve de la signification de l'injonction de payer à personne, ainsi que les éléments justifiant le montant des intérêts

- le 10 juillet n'ayant pas eu de réponse de leur part, par l'intermédiaire de mon avocat, j'ai saisi le JEX afin de faire valoir le principe de la prescription quinquennale, et de contester le montant des intérêts. Dans un même temps, j'ai engagé une procédure de demande d'annulation de l'injonction de payer (le créancier n'ayant pas apporté la preuve de la signification à personne).

- Fin aout, la société Crédirec me fait une proposition (capital restant du + intérêts de 15.8 % sur 5 ans), alors que je viens de constater sur les pièces transmises que le taux retenus par la société FACET dans le cadre des poursuite et le taux d'intérêt légal majoré de 5 points (le compte n'y est toujours pas, ils me demandent 1500 euros d'intérêts alors que le montant devrait être de 600 euros)

- Début septembre, le créancier ne s'étant pas présenter à l'audience, l'injonction de payer est déclarée non-avenue.

- La société Crédirec me fait alors une offre à hauteur du capital de la dette en échange de mon désistement dans la procédure auprès du JEX.

- Suite à mon refus Crédirec effectue la main-levée sur la saisie-attribution et je récupère mes fonds et me demande à nouveau de me désister en échange de l'abandon de la créance

- Suite à mon nouveau refus ils me proposent alors la prise en charge des frais d'assignation en échange de mon désistement.

- Nouveau refus, et nouvelle proposition forfait de 600 euros lus frais d'assignation

- Conclusion de mon avocat et demande de condamnation au dépens et 1500 euros au titre de l'article 700 ainsi que 2000 euros de dommages et intérêts.

J'attends le délibéré et je ne manquerai pas de vous tenir au courant des suites.

J'espère que mon témoignage pourra aider d'autres personnes confrontés à ce genre de situation. Quoiqu'il en soit, face à ces sociétés il convient de garder son sang froid et de ne céder que quand vous êtes sur d'avoir épuisé tous les recours légaux et du calcul des sommes demandées.

Leur stratégie est celle des marchand de tapis, et bien souvent ils n'ont pas autant d'atouts qu'ils semblent l'affirmés (sinon la dette aurait été recouvrée depuis longtemps). Dans mon cas il n'y avait pas eu de signification à personne de l'injonction de payer et ils avaient omis de le spécifier sur le procès verbal de saisie attribution ( ce qui normalement est obligatoire).

Evitez de négocier au téléphone, dans la mesure du possible faites vous aider (avocat, association de consommateurs), contrôlez bien les éléments transmis (le diable est souvent dans les détails).

Merci à ceux qui m'ont conseillé !!!!
Bonjour,

J'ai aussi affaire avec cet huissier de Calais.
Le problème vient que ma créance de septembre 2005 avec jugement et signification en Décembre 2005 n'avait pas pu être honorée car sans revenus ni indemnisation chomage.
Du coup, le créancier a cédé sa créance en 2009 à Crédirec, qui est devenu Crédinvest. Et Marcotte Ruffin est soit-disant mandaté par eux pour récupérer une somme conséquente avec 9 ans d'intérêts à ce jour! En fait ils agissent comme société de recouvrement comme vu par ailleurs.
Je reçois des courriers simples, des appels masqués régulièrement.
Mais j'ai trouvé une décision de justice jurisprudence que voici:

http://www.ufcnancy.org/images/txt/20091111203946.pdf

Il y a quelque chose à creuser pour le cas de Corto peut-être... Perso, je vais voir ce qu'il y a lieu de faire pour mettre un terme à cette affaire, je vous tiens au courant.
Je vais aller voir cette jurisprudence mais laissez tomber les lettres simples ou RAR, il n'y a jamais de RAR ! Pour quelle raison y en aurait-il ?
Le "soi disant mandaté" aussi ! Et CREDIREC n'est pas devenu CREDINVEST mais plus simplement la créance a été rachetée par le FCT CREDINVEST devenu créancier en titre.

Pour le reste, le jugement ne sera pas prescrit avant le 19.06.2018 et la seule chose que vous pouvez obtenir est la réduction (légale : article 2224 du Code civil) du montant des intérêts à celui dû pour ces cinq dernières années.

Mais, attention chez Marcotte-Ruffin ce ne sont pas des tendres et ils connaissent le droit !

PS : j'ai lu !
Connu l'article 1699 mais pour le faire appliquer il faudra que vous ayez un avocat et un tribunal soit immédiatement devant le TGI (j'en doute) soit en opposition à une mesure d'exécution. Mais vous pouvez essayer tout seul à Calais...ils ne vous croiront pas ..je les pratique souvent..!..
De plus je ne suis pas d'accord avec cette interprétation donnée par UFC NANCY à l'application du 1699.
Pour être plus précis ..après l'article 1699 il y a un article 1700 ...ce qu'on oublie en général de dire lorsqu'on évoque de type de décision judiciaire...
Ce qui a simplement pour résultat de faire croire que... alors qu'il ne faut pas croire que....
La vielle histoire des vessies et des lanternes.

De toutes manière les Marcotte-Ruffin's boys et CREDINVEST ..eux le savent même si l'UFC Nancy dit que.....

.
Messages postés
23
Date d'inscription
jeudi 9 octobre 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
28 septembre 2015

Bonjour,

Quelle est la fin de l'affaire,

MercI.
J'ai connu une époque où cette étude avait un mois après la première relance restée dans réponse une annonce de promotion à saisir !...

Je l'avais copiée et l'ai toujours en mémoire :

« C'est une occasion unique de voir votre dossier soldé rapidement et d'éviter toute saisie »

(...)
ATTENTION : Au delà de ce délai cette offre sera caduque ... » (délai = 25 de M+1)"

Et j'en jure la véracité sur la tête d'Ephora ...donc...
Les intérêts la prescription est quinquennale vous ne devez donc dans votre cas que les intérêts du 17.03.2008 au 17.03.2013.

Pour la cession de créance je ne vois pas à quoi vous servirait la preuve de la cession. Le créancier n'est pas tenu d'en aviser le débiteur.

Pour le TE vous pouvez vous renseigner auprès du greffe du TI qui à rendu l'ordonnance en IP et a apposé le titre exécutoire faute d'opposition de votre part dans le mois qui a suivi la signification.

Pour l'avocat, pas utile si vous savez faire valoir vous même la prescription.

Celle-ci découle de l'article 2224 du Code civil cité dans la décision du 16.05.2012 de la Chambre civile 2 de la Cour de cassation (n° 11-16079).

Ne vous laissez pas embarquer dans une discutions sur cette prescription.

En effet, une contestation s'était élevée suite à la disparition de l'article 2277 dans sa version antérieure à la loi n° 2008-561 du 17.06.2208.

Article 2277 du Code civil (jusqu'au 17.06.2008)

"Se prescrivent par cinq ans les actions en paiement :
(...)
des intérêts des sommes prêtées, "
(...)

Certains huissiers avaient conclu - suite à la disparition de ce texte - que la prescription des intérêts se rattachaient donc à partir de juin 2008 à la prescription décennale du titre exécutoire correspondant et non à la nouvelle prescription de droit commun de cinq ans de l'article 2224 nouveau :.

« Les actions personnelles ou mobilières se prescrivent par cinq ans à compter du jour où le titulaire d'un droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant de l'exercer. »

La Cour de cassation, dans sa décision que je cite, associe les deux articles et leur prescription quinquennale commune en commençant son arrêt par :

"Vu les articles 2224 du code civil et 2277 du même code dans sa rédaction applicable antérieurement à la loi du 17 juin 2008 ;"



.
Messages postés
15
Date d'inscription
vendredi 15 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2018
6
Merci pour votre réponse,
Et pour le taux d'intérets sauruez-vous me dire sur quoi le créancier se base ?
Merc d'avance
Quel était le taux prévu au contrat de prêt ?
Quel était le taux défini au jugement ?
Messages postés
15
Date d'inscription
vendredi 15 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2018
6
Je n'en est pas connaissance, comment faire pour avoir l'info?
Procurez vous le jugement auprès du greffe.
Messages postés
15
Date d'inscription
vendredi 15 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2018
6
Merci pour votre aide,
Je vais donc faire un courrier à l'Huissier et à la société qui a racheté la créance en leur proposant de verser dans un premier temps la somme correspondante au principal et les informer que je conteste la somme correspondant aux intérets de la dette.
Pensez-vous que ce soit judicieux ?
Messages postés
16925
Date d'inscription
mardi 31 juillet 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
29 juillet 2021
4 828
Le taux d'intérêt est certainement celui indiqué dans le jugement, après il y'a aussi surement une erreur de calcul. Mais vous en devez surement un peu quand même.

a noter qu'en plus du principal et des intérêts il y'a également les frais.
Ce genre d'organisme, qui réveille de vielle créance, accepte souvent une remise des intérêts, avant de trop payer et de proposer de tout régler, soyez sur de ce que vous devez régler.

La grande technique, mauvais calcul des intérêts, mais ils vous proposent d'en payer que la moitié, vous acceptez et vous vous faites quand même avoir.
Après c'est pas impossible qu'ils acceptent une remise totale.

Dans tout les cas il ne faut effectivement pas trop tarder a prendre contact avec l'huissier, pour éviter des procédures.
Messages postés
15
Date d'inscription
vendredi 15 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2018
6
Bonsoir,
Je viens de recevoir la copie de la requête en injonction de payer sur laquelle ne figure pas le montants des intérêts, juste une mention " en principal avec intérêts de retard prévu par l'article 20 de la loi du 10/01/1978 et art 2 du 17/03-1978.
et 4.30 euros de frais de lettre recommandée.
Comment vérifier à quoi cela correspond ?
Afin d'avoir des éléments pour discuter.
J'ai déjà pris contact avec l'huissier qui se trouve sur Calais alors que j'habite Paris, je n'ai pas abordé avec le problème des intérêts car mon ex épouse affirme qu'elle a réglé une partie de la dette (mais j'ai un doute sur ses dires)
D'autre part, je n'ai jamais reçu cet acte car à l'époque je n'habitait plus le département.
Cependant figure à l'acte vu sans opposition 3/02/2004 je ne comprends plus vraiment.
S'il s'agit de Marcotte-Ruffin de Calais..la négociation est facile !..

Et pour l'opposition, je vous en ai parlé !
Messages postés
15
Date d'inscription
vendredi 15 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2018
6
Merci,
Il s'agit bien d'eux, avez-vous une idée de la marge négociation ?
Pensez-vous que je puisse négocié juste le paiement de la somme en principal ?
Dois-je leurs demander de me transmettre les éléments justifiant le taux d'intéret ?
Messages postés
15
Date d'inscription
vendredi 15 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
30 avril 2018
6
Merci,
Il s'agit bien d'eux, avez-vous une idée de la marge négociation ?
Pensez-vous que je puisse négocié juste le paiement de la somme en principal ?
Dois-je leurs demander de me transmettre les éléments justifiant le taux d'intéret ?
Messages postés
16925
Date d'inscription
mardi 31 juillet 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
29 juillet 2021
4 828
Jpense que c'est jouable, de payer seulement principal+frais. on peux pas vous répondre a leur place.
Bon eh bien ..parfait !...