Risques de l'abandon de poste pour prendre CDI à l'étranger?

Fermé
cecilia15
Messages postés
9
Date d'inscription
mercredi 24 octobre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
24 octobre 2012
- 24 oct. 2012 à 15:56
cecilia15
Messages postés
9
Date d'inscription
mercredi 24 octobre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
24 octobre 2012
- 24 oct. 2012 à 16:48
Bonjour, Bonjour,
Je suis salariée (cadre) depuis plus de 7 dans un grand groupe français et je compte partir "précipitamment" (1 mois) à l'étranger suite à une offre d'emploi. Connaissant mon manager depuis plus de 12 ans et dans un esprit de loyauté je lui ai parlé de mon projet afin de voir si un licenciement à l'amiable était possible. En effet après avoir appelé le pôle emploi pour avoir des renseignements, il apparait que si je démissionne pour un emploi à l'étranger, je perds tous les droits acquis lors des 13 dernières années lors de mon éventuel retour en France. Est-ce-exact ?
Mon entreprise a refusé toute négociation (rupture conventionnelle, licenciement pour faute etc.), du coup je pense à l'abandon de poste mais comme 3 personnes ont été mises au courant de mon cas lors de la tentative de négociation, je voulais savoir ce que je risquais en abandonnant mon poste ? Des poursuites contre moi sont-elles possibles ? Que me conseillez-vous ?
Je trouve incroyable le fait de perdre tous ses droits car on passe un an à l'étranger en tant que salarié, alors que si je démissionnais pour un CDI en France, j'aurai pu bénéficié de tous mes droits sans problème...
Merci d'avance de votre réponse

4 réponses

tania57
Messages postés
35658
Date d'inscription
samedi 22 mai 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
26 mai 2022
8 164
24 oct. 2012 à 16:09
bjr
en abandon de poste votre employeur n'a pas l'obligation de vous licencier
donc pas de salaire, normal
pas de feuille assedic normal
et pas la possiilité de travailler ailleurs
vous irez peut etre travaillé à l'étranger mais au retour n'ayant aucun papier que ferez vous
0
entre-aide33
Messages postés
568
Date d'inscription
samedi 6 octobre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
9 janvier 2013
34
24 oct. 2012 à 16:44
n'existe t-il pas un working holiday visa (visa qui me permet de travailler et voyager pendant un an sur le territoire australien) mais un truc dans le genre qui pourrait convenir à ta future destination ?? histoire de peut être te protèger ??
0
cecilia15
Messages postés
9
Date d'inscription
mercredi 24 octobre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
24 octobre 2012

24 oct. 2012 à 16:48
J'aurai un contrat de travail mais ça ne justifie rien vis à vis de mon employeur actuel ou du pôle emploi... Mon employeur était prêt à accepter le rapprochement de conjoint, mais il me faut une preuve de mutation de mon dit "conjoint" + justificatif de domicile commun en France et dans le pays de destination... Bref, c'est infaisable... Je ne sais plus quoi faire ! je ne veux en aucun cas me faire payer un an au soleil ni toucher les assedics une fois là-bas, mais juste avoir une aide si je suis amenée à rentrer dans mon pays, la France, où je travaille honnêtement depuis 13 ans...
0
entre-aide33
Messages postés
568
Date d'inscription
samedi 6 octobre 2012
Statut
Membre
Dernière intervention
9 janvier 2013
34
24 oct. 2012 à 16:28
En effet, l'employeur n'est pas tenu d'engager une procédure de licenciement du fait d'une absence injustifiée, il peut faire le choix de laisser pourrir la situation en vous adressant des bulletins de paye avec 0 € .
Passé 2 mois d'absence injustifiée et s'il n'a pas pris de dispositions , il lui devient beaucoup plus difficile d'engager une procédure de licenciement en vertu de l'article L.1232-4 du code du travail :
"Aucun fait fautif ne peut donner lieu à lui seul à l'engagement de poursuites disciplinaires au-delà d'un délai de deux mois à compter du jour où l'employeur en a eu connaissance, à moins que ce fait ait donné lieu dans le même délai à l'exercice de poursuites pénales."

passé 2 mois , si l'employeur engageait une procédure de lienciement au motif que vous êtes en absence irrégulière, vous pourriez demander aux prud'hommes la requalification de votre licenciement (licenciement sans cause réelle et sérieuse) avec demande de dommages et intérêts en vous appuyant sur l'article L 1232.4 (l'employeur ne peut plus sanctionner pour un motif dont il a eu connaissance il y a plus de 2 mois)
-1