Apport pour rachat d'un commerce, suffisant ?

Signaler
-
 Germain -
Bonjour,
je suis actuellement salarié en CDI, et parallèlement je suis en train d'étudier le rachat d'un fond de commerce situé dans une grande ville proche de chez moi.
Le fond de commerce est demander a 50000€ et 30000€ de stock marchandise.
sans négociation pour le moment...

je n'ai encore pas vu de banque, les bilans sont chez le comptable pour étude.
Je compte demandé 10000€ de plus pour démarrer l'activité les premiers mois en guise de trésorerie.
Cela ferait un total de 90000€ sans négociation, je pense toucher le fond au moins a 10000€ de moins.
Voici ma question : pensez vous cela acceptable devant un banquier, sachant que je peut apporter la totalité de mon épargne comme apport perso, soit 22000€ ?
C'est ce qui me fait flipper, l'apport ...

merci a vous !

1 réponse

Un fonds de commerce de quoi ?? C'est important.
C'est un commerce très spécialisé. Faites une bonne étude de marché avec, entre autres, un état de la concurrence (qui ne doit pas être très présente je suppose). Faites une demande de prêt à votre banque mais aussi à celle du vendeur qui connaîtra mieux l'affaire et en espérant que le commerçant en question n'ait pas d'incident de paiement. N'hésitez pas, quoi que vous puissiez en lire, à opter pour un prêt OSEO si on vous le propose.
Votre dossier, ce n'est pas l'Amérique, mais on a vu pire.
Bonne chance.
Merci merci !!! Je compte aller voir le banquier du gérant actuel, car lui connait déja le secteur, et l'entreprise.... C'est quoi un prêt OSEO ?
C'est un prêt délivté par les banques mais qui est garanti par une société de caution mutuelle du nom d'OSEO. (Il y en a d'autres selon les banques...). Garanti par une caution, oui, mais cela ne vous dégage pas de rembourser le prêt même si les affaires vont mal et même si la société de caution rembourse la banque, ce que n'ont pas compris nombre de gens (ou on leur a mal expliqué). Ce montage permet aux banques d'être plus offensives dans des financements de commerces.
N'oubliez JAMAIS de vous garder de la trésorerie pour débuter (pas pour acheter du stock, vous devrez vous arranger des délais de paiement avec vos fournisseurs). La trésorerie va vous servir à payer un tas de bricoles dont vous n'avez pas encore idée. Sinon c'est le découvert, les incidents, les frais et c'est la spirale infernale.
OK, merci pour ces conseils précieux, pour la trésorerie j'ai tabler sur 10000€ en plus du rachat de fond et du stock.
Par le passé, j'ai souvent été "remercier" a cause de la valeur du stock ( ici environ 30K€) car pour expliquer a un banquier ce que c'est, et bin !!!! 30000€ de stock vestimentaire au de vin ils comprennent, mais alors moi !
Quelques dernières p'tite questions, est-ce que je dois investir la totalité de mon apport, ou en garder un peu en cas de coup dur dans mon foyer ? et a combien se monte les frais de notaire environ pour une transaction comme la mienne ?
Lors de mon passage a la banque, dois-je insister sur le faite que je suis OK pour investir la totalité si il le faut ?
merci, et désolé pour ce bombardement de question !
A+
Alors plusieurs choses :
1- La valeur du stock : Je n'ai pas trop d'idées de ce qui se fait dans le modélisme mais faites attention à ce qui se fait en ce moment. Méfiez-vous des phénomènes de mode qui sont devenus obsolètes et n'hésitez pas à négocier fermement sur la valeur du stock qui n'est PAS CELLE REPRISE AU BILAN ! Au bilan, c'est une valeur comptable, mais s'il faut faire 90% de remise pour le vendre... Vous m'avez compris. Contrairement à ce que vous pensez, le phénomène est encore pire dans les vêtements ou les chaussures ! Par contre, le vin reste un stock sympa.
2- Votre apport : Il doit correspondre à ce que vous pouvez mettre dans votre affaire. Ceci signifie QUE VOUS AVEZ DE QUOI FAIRE FACE A VOS BESOINS D'ORDRE PERSONNEL !
3- Il faut compter 20% de frais de notaire (environ et calculés sur le montant de la vente) pour la cession d'un fonds de commerce.
4- Quelle que soit la banque qui vous épaule, ouvrez-y aussi vos comptes personnels. Le banquier estime que le professionnel c'est "le risque" et le personnel c'est "la rentabilité". Il faut que la banque y trouve son compte.
Bonne chance et à votre disposition.
Dossier à la une