Suite notification invalidité

[Résolu]
Signaler
-
 aurore -
Bonjour,

La CRAM m'a notifiée mon invalidité en m'informant que j'aillais être contactée par une assistante sociale pour toutes les questions relatives à mon état, besoin, démarches administratives, etc...
Or, je suis toujours salariée et l'assistante sociale ne m'a toujours pas contactée. Aussi, quelle doit-être ma démarche quant à mon employeur ? Est-ce moi qui doit le prévenir ? Comment ? car je suis en "règle" si je puis dire vis à vis de la sécurité sociale mais plus vis à vis de mon employeur ....
Merci vivement et par avance pour votre aide rapide j'espère.
Très cordialement,

3 réponses

Bonsoir Loulou,
Encore merci infiniment pour votre aimable et précieuse aide ainsi qu'a tous ceux qui comme vous prennent du temps gracieusement dans l'unique but d'aider.

En réponse à votre commentaire :
- J'ai bien reçu ma notification mais je ne savais pas que c'était à moi de l'adresser à l'employeur (je pensais que sécu. et lui étaient déjà en contact) ; je l'enverrai donc en LRAR,
- Je ne peux pas reprendre une activité professionnelle pour l'instant d'où la décision du médecin conseil de me notifier cette invalidité ; inutile donc de contacter le médecin du travail,
- mon invalidité fait suite à une maladie
Bonjour

Vous envoyé un courrier recommandé à votre employeur dans lequel vous l'informé que la CPAM vous a classé en invalidité. Vous lui demandez de vous prendre un rendez-vous au plus tôt à la médecine du travail pour une visite médicale de reprise afin de savoir si le médecin du travail vous jugera apte ou inapte à reprendre votre poste.

Vous garderez une copie de votre lettre.
Bonsoir Loulou et merci beaucoup tout d'abord de m'avoir répondu.
Voici ce que me répond mon employeur : Il me demande de lui adresser une copie de la notification de pension d'invalidité pour la transmettre à l'organisme de prévoyance afin de poursuivre les prises en charge. Je crois que je n'ai pas le choix ? Je pensais que normalement la CRAM et l'employeur se contactaient mutuellement dans ce genre de cas non ? Et puis, n'est-il (mon employeur) pas en mesure de me licencier maintenant qu'il le peut - il a l'occasion de diminuer le montant de mes indemnités non ? J'avoue que c'est le flou.
Merci d'avance pour votre aide.
Bonjour aurore

Vous avez obligatoirement un document de la CPAM vous déclarant en invalidité.

Si ce n'est pas le cas, vous demandez une attestation de cette mise en invalidité.

Lorsque vous en serez en possession, vous en envoyez une copie en lettre recommandé avec avis de réception, à votre employeur.

Vous lui joignez un courrier dans lequel vous lui demander de vous prendre un rendez-vous à la médecine du travail pour la viste médicale de reprise car vous désirez reprendre votre poste.

C'est une procédure nécessaire. Si votre employeur refusait de le faire, vous pourriez alors l'assigner devant le Conseil des Prud'hommes.

Ce n'est pas parce que vous êtes classé en invalidité que vous ne pourrez pas reprendre un emploi.

En cas de refus de votre employeur, il vous sera possible de solliciter vous même cette visite médicale de reprise à la médecine du travail. Vous en aviserez votre employeur par lettre recommandée avec avis de réception.

Seul le médecin du travail peut décider si vous êtes apte ou inapte à reprendre votre poste.

Votre invalidité fait suite à un accident de travail, une maladie professionnelle ou non professionnelle?

Sans l'avis du médecin du travail, votre employeur ne pourra pas vous licencier pour inaptitude. S'il le faisait sans avoir obtenu l'avis du médecin du travail, vous seriez en droit de l'assigner devant le Conseil des Prud'hommes pour contester le licenciement.

Gardez bien les copies de tous les courriers que vous envoyez.