Restauration rattrapage des heures

Zia - 6 août 2011 à 20:10 - Dernière réponse :  Lausanne
- 8 sept. 2018 à 12:08
Bonjour,

J'ai été embauché depuis début juin, en tant que serveuse dans un restaurant et je me pose certaines questions sur les heures à effectuer dans la restauration, n'y connaissant pas grand chose dans ce domaine.

Mon contrat certifie que je suis embauché à temps complet pour 35h / semaine.
La convention collective Hôtel/restaurant / café fixe un taux horaire de 151,67 heures + les Heures sup mensualisées majorées 10 ce qui donne 169h , heures pour lesquelles j'ai été payé en juin et en juillet.

Cependant, je suis loin d'avoir atteint les 169heures correspondant à mon salaire, je n'ai fait que 98H en juin, et 140H en juillet, puisque selon mon contrat, l'employeur est en droit de limiter mon nombre d'heures par jour en fonction de la clientèle.

J'ai déjà du en juillet sacrifier mes jours de congés pour les rattraper mais je n'ai toujours pas rattrapé le totalité de mes heures manquantes et je ne risque pas de pouvoir les rattraper - sinon de les accroître encore ! -en août.

Je suis embauché jusqu'au 15 septembre. Mes patrons m'ont fait comprendre qu'ils m'arrêteront mon contrat fin août si je n'ai pas rattrapé toutes mes heures. C'est-à dire que je travaillerai 15 jours sans être payé, pour faire mon quota. Est-ce que tout ça est légal ?? Est -ce légal de mettre fin au contrat pour cause de rattraper les heures que je n'ai pas fait ?

merci pour votre aide !!
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

marylou. 18662 Messages postés vendredi 12 novembre 2010Date d'inscription 27 août 2016 Dernière intervention - 6 août 2011 à 20:19
0
Merci
hello

si vous avez été embauché pour 35 heures par semaine votre employeur doit vous payer pour vos 35 heures..

rien n'oblige votre employeur à vous payer 169 heures ..
arreter de bosser pour rien
contrat 35 h il doit vous payer 35 h ....a lui a faire avec
Commenter la réponse de marylou.
0
Merci
Semaine comme des heures travaillées restauration
Commenter la réponse de Lausanne

Dossier à la une