Dettes-placement sous curatelle

[Résolu]
Signaler
-
 fiorenza -
Bonjour,
Depuis 30 ans mon père dilapide le patrimoine de notre famille en se prenant des crédits pour jouer au tiercé, ma mère et nous les enfants souhaitons le mettre sous curatelle, il refuse, il pense qu'un placement est pour les déficients, et comme il a voulut clôturer frauduleusement le compte bancaire de ma mère (ils ont des comptes séparé) il pense ausi que si on le mets sous curatelle il ira en plus en prison.
1-est ce à nous de régler les dettes non encore estimé qu'il a contracté auprès de sa banque ? par les dettes j'entends le découvert qu'il ne peut résorber, et nous nous n'avons absolument pas les moyens de remettre son compte courant créditeur ils refusent toutes les solutions qu'on lui apportent et nous fait du chantage au suicide on en peux plus.
Merci d'avance pour votre réponse.

3 réponses

Bonsoir, je viens de lire attentivement votre message et je vous mets en garde contre les curateurs désignés par les tribunaux qui ne sont pas des personnes honnetes. Je viens d en faire l expérience avec ma mère qui est sous curatelle ils veulent se payer avant et néligent les charges à payer de la personne et sans vous en rendre compte si vous leur faites confiance vous pouvez vous retrouver endetter. En ce qui concerne votre mari beaucoupe de personnes sont dans son cas parce qu elle font une dépression sans vouloir vraiment l admettre. Un anti dépresseur sur les conseils de votre médecin stopperait les envies excesssives de jouer au tiercé de votre mari et rétablirait ainsi vos relations familliales afin d éviter de tomber dans le piège des curateurs. en espérant vous avoir apporté des conseils qui vous aideront je vous souhaite bon courage.
POUR FAIRE METTRE UNE PERSONNE SOUS TUTELLE OU CURATELLE?IL FAUT PASSER PAR LE MEDECIN TRAITANT QUI VOUS DEMANDE DE FAIRE VOIR VOTRE PERE PAR UN PSY QUI EVALURAT SON ETAT MENTALE ET IL FAUT FAIRE UN DEMANDE AU TRIBUNAL DES AFFAIRES FAMILLIALES POUR LE MISE SOUS TUTELLE;
Dans l'ordre cela donne: demande au tribunal par lettre rec/ar avec explication, voir le medecin pour un certificat medical, voir un psy (liste donner par le tribunal) bon courage,car c'est assez longt.Apres c'est la tutelle qui paye les dettes mais avec les ressources de votre pére
Messages postés
1
Date d'inscription
samedi 1 novembre 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
2 novembre 2008
2
Merci, pour votre réponse, c'est très gentil à vous, je sais que cela va être long puisqu'il refuse la mise sous curatelle, je vais faire appel à l'UDAF de mon département.
Merci encore..
Bonjour,

Sans aller jusqu'au psy, vous pouvez demander au médecin traitant de votre père de rédiger un certificat médical demandant une sauvegarde de justice, sa dépendance aux jeux ne lui permettant plus d'assurer son rôle de "bon père de famille", et son comportement pouvant nuire à ses interêts personnels ainsi qu'aux membres de sa famille.
La sauvegarde est valable deux mois renouvelables à compter du dépôt au tribunal d'Instance. Selon les piéces que vous fournirez avec (extraits de compte en banque à découvert, factures impayées, relances de service de recouvrement...) le juge des Tutelles pourra décider seul s'il est opportun ou non de placer le majeur sous curatelle simple ou renforçée, voir sous tutelle. Ainsi, si le juge peut ordonner que votre père soit examiné par un médecin expert psychiatre auprés des tribunaux, il ne pourra alors pas s'y soustraire, ce qui n'est pas forcement le cas si la demande vient de vous.
Il faut signaler que la sauvegarde de justice, dés lors qu'elle est prononcée, protège le majeur contre toute expulsion de son domicile, et empêche tout huissier de saisir ses biens meubles ou immeubles, et que tout contrat signé à posteriori (crédit à la consomation, véhicule...) ou tout achat (vente également), peut-être annulé à la demande du mandataire de sauvegarde. Ses droits civiques et son autorité parentale resteront inchangés.

Bon courage
> blub
dsl, un majeur protégé placé sous tutelle perd son droit de vote, en conséquence on ne peut dire qu'il conserve l'intégralité de ses droits civiques