Prescription pénale des délits, crimes, contraventions : délais

Le délai de prescription des délits, des crimes et des contraventions (prescription pénale) va en principe d'un an à vingt ans. Mais ces durées peuvent être augmentées ou réduites en fonction de la nature de l'infraction pénale.


Définition

La prescription est un délai au terme duquel toute poursuite à l'encontre de l'auteur d'une infraction devient impossible. Il s'agit donc d'une durée qui, une fois écoulée, éteint l'action publique.

Durées

En principe, le délai de prescription d'une infraction pénale est de :


Les délais applicables aux crimes et aux délits ont été doublés depuis la loi n° 2017-242 du 27 février 2017 sur la prescription pénale.

Toutefois, de nombreuses exceptions existent en fonction de la nature de l'infraction, où le délai de prescription pénale est augmenté. C'est par exemple le cas d'infractions commises contre une personne mineure (exemple : la prescription des crimes sexuels sur mineurs est de 30 ans à compter de la majorité de la victime). A l'inverse, certains délits se voient appliquer un délai de prescription plus court que ceux normalement prévus (exemples : les injures ou la diffamation).

Point de départ

Les règles de calcul de ce délai, et notamment celles concernant la fixation de son point de départ dans le temps, varient elles aussi en fonction de la nature de l'infraction (à titre d'exemples, voir notamment les modalités de calcul des prescriptions respectivement prévues pour différentes infractions du droit des affaires). Selon les infractions, le début du délai de prescription peut être fixé au jour où l'infraction est commise, au jour de la découverte des faits (abus de confiance, abus de biens sociaux...) ou encore au jour de l'acte le plus récent en cas d'infraction répétée dans le temps (harcèlement par exemple).

Prescription de peine

La prescription de l'action publique ne doit pas être confondue avec la prescription de la peine. Selon ce principe, toute peine qui n'a pas été mise à exécution dans un certain délai ne peut plus être subie. Ce délai court à compter du jour où la condamnation est devenue définitive. Il est de :

  • 3 ans pour les contraventions ;
  • 6 ans pour les délits ;
  • 20 ans pour les crimes.

Crédits photo : 123RF - Dima Sobko

Réalisé en collaboration avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction d'Éric Roig, diplômé d'HEC

A voir également

Ce document est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.
Dossier à la une