Abandon de poste, salarié protégé

Signaler
-
 Ever -
Bonjour,

Je souhaite procéder à un abandon de poste sauf que je suis salariée protégée du coup les délais peuvent être long : plus de 4 mois. Je voulais savoir si les indemnités chômage sont rétroactives ? C’est à dire que la période d’abandon de poste jusqu’au licenciement est rétroactivement payée par le pôle emploi ?
Merci pour votre retour.

4 réponses

Messages postés
40549
Date d'inscription
jeudi 14 février 2013
Statut
Contributeur
Dernière intervention
11 février 2021
13 440
Bonjour,

L abandon de poste est rarement une bonne idée.
L employeur n'est pas obligé de vous licencier et vous allez vous retrouver avec x mois avec des bulletins de salaire égaux à zéro. Revenus nuls qui seront pris en compte pour le calcul du chômage, le jour où vous pourrez vous inscrire à pôle emploi.

Tant que vous ne serez pas licencié, pas de chômage, pas de possibilité de travailler ailleurs.
Messages postés
20449
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
11 février 2021
8 287
C’est à dire que la période d’abandon de poste jusqu’au licenciement est rétroactivement payée par le pôle emploi ?
Vous croyez encore au père noël ?
Les indemnités chômages commenceront une fois que vous aurez été licencié (et que la période de carence sera fini).

Dans une situation comme la votre, faire un abandon de poste n'a absolument aucun intérêt.

Si vous démissionnez, au bout de 4 mois de recherches actives, vous pouvez faire réévaluer votre situation auprès de pole emploi, et si vous apportez la preuve d'une recherche active (ce n'est pas bien dur), les droits devraient vous êtres réouverts.
Je n'ai jamais eu de retours dans un sens ou dans l'autre si ça marchait vraiment. Probablement parce que de toutes façons les personnes qui agissent de la sorte on trouvé un emploi pendant ces 4 mois, ou alors n'ont pas fait le con à démissionner à une période sensible et risquée.

Alors qu'un abandon de poste, c'est aussi au minimum 4 mois sans salaire dans votre situation, mais ça peut être plus, en fait, l'employeur n'a jamais obligation de vous licencier (surtout en salarié protégé), et donc ça peut durer jusqu'à ce que ce soit vous qui craquiez. Et comme indiquée par ma collègue si vous trouvez du travail pendant votre abandon, vous n'avez pas le droit de le prendre.
Merci pour vos retours éclairants.

Pouvez vous développer ce point ?

Si vous démissionnez, au bout de 4 mois de recherches actives, vous pouvez faire réévaluer votre situation auprès de pole emploi, et si vous apportez la preuve d'une recherche active (ce n'est pas bien dur), les droits devraient vous êtres réouverts.

Je croyais que la démission n’offrait pas de droit au chômage. Et que veut dire recherche active, comment le prouver ect ?
Mon objectif est de changer de métier par une formation et je ne suis pas éligible à la démission pour reconversion.
Messages postés
20449
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
11 février 2021
8 287
https://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/la-rupture-du-contrat-de-travail/article/le-droit-aux-allocations-chomage-du-salarie-demissionnaire
Le salarié dont la démission n’a pas été considérée comme légitime et dont l’état de chômage se prolonge contre sa volonté peut demander un réexamen de sa situation après 121 jours de chômage. A condition de remplir les autres conditions d’ouverture des droits au chômage (inscription sur la liste des demandeurs d’emploi, activité antérieure suffisante, aptitude physique…), d’apporter des éléments attestant ses recherches actives d’emploi, ainsi que ses éventuelles reprises d’emploi de courte durée et ses démarches pour entreprendre des actions de formation, et d’en faire la demande, il pourra être admis au bénéfice de l’allocation d’assurance. [...]
Tous les renseignements sur ces dispositions et sur la procédure à suivre peuvent être obtenus auprès de Pôle emploi.


Comme je le dis dans mon message, personne n'est revenu nous dire comment ça s'est passé pour lui, donc difficile de donner des détails précis. Peut-être que le site pole emploi est plus détaillé à ce sujet.
Mais en gros, si vous arrivez avec une dizaines de mails pour des entretiens, et une centaines de mails envoyés, ça devrait passer.
Après, si j'étais à leur place, je pousserait la fourberie jusqu'à appeler les entreprise qui ont proposé des entretiens pour demander :
- si c'est vrai.
- si le candidat s'est présenté à l'entretien.
- si le candidat n'a pas été retenu.
Juste pour éviter les petits malins qui refusent des postes pour toucher le chômage malgré des propositions.

Mon objectif est de changer de métier par une formation
Il existe aussi des solutions sans même démission, que ce soit en ayant recours au CPF ou aux cours du soir. Certes c'est plus contraignant que de se faire entretenir par l'état...
Merci pour votre retour toutefois vous pouvez garder pour vous vos jugements de valeur. Ce n’est pas de gaité de cœur que je pense au pôle emploi pour ma reconversion : surtout que je suis en l’état de burn out.

Bonne continuation.