Coups portés sur ado de 16ans par son père

Signaler
-
 127 -
Bonjour,
Je suis divorcée depuis 5 ans et j'ai 2 garçons de 12 et 16 ans en garde alternée.
Le weekend dernier suite à une dispute entre mon grand et son père , ( causé par un caprice d'ado) excédé mon ex mari à frappé notre fils à coups de poings au visage et il a continué une fois que mon fils se soit recroquevillé sur son lit pour se protéger.
J'ai récupéré mon fils en urgence ce soir là !
Mon fils est un gentil garçon qui n'est jamais été irrespectueux , qui ne cause aucun problème.
C'est la 1ere fois que cela arrive , mais mon ex mari est dans le déni de la gravité des faits.
Mon fils ne veux plus parler à son père, il à été blessé physiquement mais surtout psychologique ment , mais refuse que je dépose une main courante où que je saisisse le JAF.
Que puis-je faire pour contraindre mon ex mari à entamer une médiation avec mon fils, pour qu'il reconnaisse les faits et surtout pour que cela ne se reproduise jamais ?

6 réponses

Bonjour,

refuse que je dépose une main courante où que je saisisse le JAF.
Une fois est une fois de trop.
Vous devez faire un dépot de plainte (et non pas une main courante) en gendarmerie.
Au risque d'un placement de l'enfant pour non assistance.

Et vous aurez aussi de précieux conseils au 119, gratuit et anonyme.
Tout a fait daccord avec 127
Vous filez porter plainte
Si cela se reproduit et que votre gosse finit à l'hôpital.. ou pire!! Vous pouvez etre accusée de négligence
Parallèlement vous demandez immédiatement rv au jaf pour faire interdire le droit de visite à cette brute
Bonjour Lecture,
vous demandez immédiatement rv au jaf pour faire interdire le droit de visite à cette brute
Une demande de référé et joindre une copie du dépot de plainte.
Et en attendant l'enfant reste avec vous.
> 127
Bonjour 127
Sil y a jugement je.ne suis pas sure qu'elle ait le droit de le refuser au pere..
C'est pour cela quelle doit Immédiatement se rendre au commissariat le plus proche
Ce que son gamin veut n'a aucune importance ..il est mineur et elle en est responsable et doit le protéger..
> Lecture
Sil y a jugement je.ne suis pas sure qu'elle ait le droit de le refuser au pere..
En cas de dépot de plainte pour raison de violence.
Le jugement est mis de coté (cas de force majeur).
> 127
Ha on.. tant mieux. La justice est tellement bizarre parfois!
> Lecture
Triste mais c'est du vécu ....
Messages postés
106567
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 janvier 2021
1 091
Bonjour
Et si vous estimez qu'il y a un risque de syndrome de stress post traumatique, (anxiété, insomnies, dépression ). il faudra consulter un médecin psychiatre, savez vous à qui et où vous adresser ?
Le stress post-traumatique survient après un événement traumatisant, que la personne subit directement ou dont elle est témoin. Il s'agit généralement d'un événement extrême, au cours duquel l'intégrité physique (de soi ou d'autrui) est réellement ou potentiellement menacée : accident grave, viol, agression, violence familiale, attentat, etc...
J'appelle un chat un chat *
     *en Français dans le texte
Mon fils est à l'internat cette semaine mais j'ai pris rdv auprès de son médecin demain soir.
Effectivement je crains les conséquences sur son développement personnel et sa construction.
Messages postés
106567
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 janvier 2021
1 091
OK merci de nous tenir au courant
Bonjour ,

Je vous donne des nouvelles mon fils a vu le médecin avec qui il a surtout parlé !
Moi de mon côté je suis passée à la gendarmerie mon fils sera entendu demain .
Les enfants sont avec moi pour 2 semaines, la procédure suit son cours.
Merci de vos conseils
Vous avez parfaite le droit de garder vos enfants au delà des deux semaines.
Un juge ne reprochera jamais a un parent de mettre ses enfants en sécurité.
Bon courage
Messages postés
106567
Date d'inscription
mardi 1 octobre 2013
Statut
Modérateur
Dernière intervention
17 janvier 2021
1 091
Mais de rien et merci d'avoir donné des nouvelles
Dossier à la une