Fin de péridode d'essai par l'employeur en chomage partiel = 1 jour de préavis ? [Résolu]

Signaler
Messages postés
12
Date d'inscription
lundi 6 juillet 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
6 novembre 2020
-
Messages postés
12
Date d'inscription
lundi 6 juillet 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
6 novembre 2020
-
Bonjour,

Je suis actuellement dans une société de service en pharmaceutique en tant que consultant avec le statut de cadre.
Mon employeur m'a averti par téléphone qu'il mettait fin à ma période d'essaie (8 mois d'essaie ou 4 mois renouvelable) et qu' il n'y aurait que un jour de préavis.

J'ai passé 6 mois au chômage partiel à attendre une mission, j'ai effectué des qualifications avec plusieurs clients qui n'ont pas abouties.

Est-ce bien légal qu'il n'y est qu'un jour de préavis ? est-ce du au chômage partiel ou au confinement de ce mois de novembre 2020 avec le COVID19 ?

Je n'ai pas encore reçu la lettre ou le mail qui définit le motif de fin de ma période d'essai mais je vous avertirai dès réception. Bien entendu l'échange a été courtois au téléphone et je pense être en bon rapport avec eux pour l'instant.

Je vous remercie par avance de vos réponses,
Bien cordialement.

1 réponse

Messages postés
12
Date d'inscription
lundi 6 juillet 2015
Statut
Membre
Dernière intervention
6 novembre 2020

https://www.indre.gouv.fr/Demarches-administratives/Naturalisation2#!/particuliers/page/F592
La mise en activité partielle est un simple changement des conditions de travail. Elle ne constitue pas une modification du contrat de travail. Le salarié ne peut pas refuser une telle mesure. Le contrat de travail est suspendu, mais le salarié conserve certains droits (congés payés par exemple). Pendant cette suspension de contrat, le salarié peut exercer une autre activité sous certaines conditions.

https://www.village-justice.com/articles/periode-essai-suspension-contrat-travail-prorogation-des-delais,28199.html#:~:text=En%20cas%20de%20suspension%20du,pris%20en%20compte%20%5B6%5D.
En cas de suspension du contrat de travail, la période d’essai est donc prorogée (def prorofée : repousser à une date ultérieure la limite de validité de) pour une durée équivalente à l’ensemble de la période de suspension et non aux seuls jours qui auraient dû être normalement travaillés. L’ensemble des jours calendaires doivent être pris en compte [Cass. soc., 23 mai 2007, n° 06-41.338].

En résumé : Le chômage partielle suspend le contrat de travail et la période d’essai est repoussée, il y a bien un jour de préavis comme si il était au premier mois de son poste.
Dossier à la une