Heures négatives imposées.

Signaler
-
Messages postés
1
Date d'inscription
lundi 4 mai 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
4 mai 2020
-
Bonjour, je travaille dans une clinique et nous sommes actuellement pour la plupart d'entre nous confinés à domicile car nous avons une baisse d'activité dû à l'épidémie de coronavirus . Notre employeur nous impose de rester chez nous mais ces heures sont négatives, cela veut dire que nous lui devrons tôt ou tard et qu'il pourra nous imposer de travailler plus longtemps et même le samedi. En a-t-il le droit ?

3 réponses

Bonjour.

Les entreprises employant des salariés et subissant une baisse (ou interdiction) d'activité en lien avec le virus doivent, lorsqu'elles remplissent les conditions, entreprendre les démarches pour une indemnisation auprès de l'Etat. Cette indemnisation est destinée à rémunérer partiellement les salariés privés momentanément de travail ("chômage partiel").

Cdt
Messages postés
1
Date d'inscription
mercredi 29 avril 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
29 avril 2020

Bonjour, je ne sais pas si quelqu'un va pouvoir me répondre, je travaille au sein d'une clinique privée et l'activité à était réduite suite au virus. Que les interventions urgentes sont maintenues mais je suis ash et mon employeur veut que je sois en heure négative car pas de boulot a-t-il le droit ? Il ne veut pas faire recours au chômage partiel !!!
Merci pour votre réponse.
Messages postés
1
Date d'inscription
lundi 4 mai 2020
Statut
Membre
Dernière intervention
4 mai 2020

Bonjour,

Je suis moi aussi dans cette situation ( compte d'heure negative et prise intégrale des heures supplémentaire depuis le début du confinement).

La clinique souhaite en plus nous imposer 6 CP et bloquer nos vacances sur une date fixe durant 2 semaines via un accord par les DP.

Nous n'avons signés aucun accord d'entreprise pour le compte d'heure négatif, est ce normal ?

Certains ont l'air de prendre leur aises avec le droit du travail durant ces périodes compliqués, et de plus dans les secteurs de la santé..
Dossier à la une