Calcul de la valeur de succession

- - Dernière réponse :  lionell - 21 oct. 2019 à 20:55
Bonjour,
mon père est décédé début septembre.
En héritiers, il y a ma mère ainsi que les trois enfants (dont moi).
Lors du calcul de la valeur de succession, la notaire a pris l'ensemble des bien personnels de mon père (assurance-vie, compte en banque perso, voiture, etc...) ainsi que l'intégralité de la valeur des biens communs (maison, comptes communs, biens mobiliers) à mon père et ma mère.
Je ne comprends pas puisque, par définition, les biens communs sont à moitié à ma mère, donc ne devraient par rentrer dans la succession. De même pour la voiture, qui a à peine plus d'un an, depuis qu'elle a pris la valeur de la voiture début septembre, elle a déjà perdu plus de 500€ à l'argus.
Je trouve cela relativement malhonnête (sachant que le tout cumulé arrive environ à 200 000€ donc ce n'est pas énorme) mais si cela sert juste à faire gonfler ses propres honoraires (ce qui est la première chose qu'elle a abordé en nous faisait signer un chèque de 250€ pour premier versement sans même nous dire bonjour), je trouve cela déplacé.
Merci d'avance pour votre réponse.
Lionel
Afficher la suite 

2 réponses

Messages postés
31746
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
17 novembre 2019
11229
0
Merci
Je trouve cela relativement malhonnête
Vous oubliez l'essentiel.
Le règlement d'une succession est obligatoirement précédé de la liquidation de la communauté, avec règlement des reprises et récompenses, passif de communauté ou non, partie la plus délicate à traiter.

Pour un défunt célibataire, évidemment c'est plus facile, moins de travail = moins de responsabilité professionnelle engagée = moins de frais.
Je ne parle absolument pas de la charge de travail, qui je l'imagine doit être importante.
Je parle par principe.
Quand on gère la succession d'un défunt, on s'occupe de son héritage à lui, pourquoi ne pas prendre la demi-partie commune, quitte à modifier le pourcentage (par exemple, si actuellement ils prennent 5% de la valeur, il passe à 10%).
C'est juste que concrètement, comme c'est exposé, ma mère ne possède rien (si ce n'est son livret A à son nom), alors qu'elle aussi a travaillé 45 ans de sa vie pour payer la maison dans laquelle elle vit encore, entre autre.
J'espère avoir été plus clair.
Commenter la réponse de condorcet
0
Merci
Bonjour
Vous ne comprenez rien au traitement d'uns succession? savez-vous qu'il y a trois masses: masse successorale; masse d'exercice, masse de calcul? ces masses découlent les unes des autres , ce qui signifie que pour définir l'actif net d'une succession , il faut d'abord calculer le patrimoine de la communauté et y associer les assurances-vie pour une raison fiscale.
Le notaire n'est pas un marchand de tapis comme vous semblez le penser et l"étude notariale n'est pas un souk.
le notaire traite en fonction des lois applicables et vous n'êtes pas compétent pour le juger.
J'ajoute qu'il est normal qu'il vous demande des provisions car il lui est interdit d'instrumenter en avançant l'argent pour les clients.
Bonsoir,
Pour le coup, je comprends mieux maintenant.
Je ne vais pas entrer dans le débat, ni mettre tous les notaires dans le même panier, mais juste partager mon expérience. Je le fais forcement de mon point de vue.
Mon père vient tout juste de décéder, je vais au notaire (profession que je n'ai jamais vu, de près ou de loin). Le notaire, une jeune femme la quarantaine (loin du cliché du vieux notaire) qui ne dit pas bonjour, pas un mot pour des condoléances, rien. Sa première phrase :"Ah c'est vous pour Monsieur X, asseyez-vous là. Donc je vous explique avant de commencer, il faudrait me faire un chèque, blablabla...." Au final, elle m'a juste demandé un listing des possessions pour calculer les frais totaux (ce que je conçois histoire qu'on se prépare à la somme finale). Son téléphone a sonné en plein milieu d'un échange, elle s'est jetée littéralement dessus, me coupant la parole sans excuse et a répondu (je n'ai rien contre les urgences). Une fois raccroché, elle dit "la nounou de mes enfants, vous comprenez je stresse un peu avec la rentrée". Et juste après elle a dit que de toute façon elle allait se pencher dessus et m'a donné un rdv un mois plus tard.
Je travaille dans le social, avec un grand nombre de public différent, et je ne suis pas tout jeune non plus, et il y a des petits points qui me chiffonnent avec ce premier contact (politesse, empathie, sérieux). Ce n'est pas un vendeur de tapis sur un souk, avec du recul je me le suis demandé justement, si la personne était si professionnelle que ça, d'un point de vue tout à fait extérieur.
Ce matin avait lieu le nouveau rendez-vous. J'ai eut le droit au bonjour, j'en ai été ému. Au bout de quelques secondes, elle me demande un nouveau chèque. Quand je demande l'avancée de son travail :"je n'ai pas encore commencé, il me manque encore quelques papiers de la banque". Et en moins de 5 minutes j'étais hors de l'étude.
Donc oui, je me doute bien, je le redis, que je suis peut-être tombé sur la crème des notaires, mais je pense que j'ai quand même le droit de me questionner sur des points qu'elle m'a donné et qui me semblait "bizarres" sur le coup. Je ne connais certes pas le côté judiciaire, mais quand une personne me demande de la payer 2 fois en me disant qu'elle n'a rien fait, je peux me poser des questions sur ses compétences et la véracité de ses propos. Et surtout qu'en 4 lignes vous m'avez mieux expliquer qu'elle en deux rendez-vous.
Maintenant j'espère que vous comprendrez mieux mon questionnement et certains propos que j'ai pu avoir. Je précise encore, je ne veux pas entrer dans le débat, cette femme est comme elle est, si elle travaille dans cette étude c'est surement pour un raison (et honnêtement, qu'elle y reste ou pas, je m'en moque, juste après cette succession, elle ne me reverra jamais) . Tout comme on peut trouver des commerçants désagréables ou des conseillers qui s'y connaissent encore moins que nous.
Enfin, un long message pour une petite histoire...

En tout cas merci pour cette réponse, bonne continuation.
Commenter la réponse de Ulpien1
Dossier à la une