Locataire voyou

Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 26 novembre 2018
Dernière intervention
27 novembre 2018
- - Dernière réponse : ringspur
Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 26 novembre 2018
Dernière intervention
27 novembre 2018
- 27 nov. 2018 à 12:42
Bonjour,
Je suis tout nouveau dans ce forum et demande vos avis sur la situation que je vis actuellement
J'ai un studio dont j'ai donné la nue propriété à mon fils, ce studio devait être loué et le montant de cette location (500€) devait permettre à mon fils d'acheter un bien immobilier pour sa famille (5 enfants à charge, pacsé sa compagne est mère au foyer)
Mon fils a fait l'acquisition de son appartement et a des échéances de 1200€ par mois, il est professeur des écoles et gagne 2150€ par mois
Nous nous sommes portés caution
Le locataire ne paie plus rien depuis un an, la somme due à ce jour est de 7500€ sans compter les frais d'avocat
Ce monsieur n'a répondu et répond à aucune sollicitation (courriers, mails, conciliateur de justice, convocation au tribunal)
Le tribunal vient de juger en Septembre la résiliation du bail et l'expulsion, mais il y a la trêve hivernale
Nous nous sommes rendus plusieurs fois à l'appartement et avons toujours trouvé porte de bois , sauf une fois ou nous nous sommes trouvés nez à nez avec une tierce personne se prétendant être son beau frère, les voisins nous ont dit qu'il y a un va et vient de personnes dans cet appartement, nous pensons qu'il sous loue l'appartement
Nous rencontrons de plus en plus de difficultés à aider notre fils (nous sommes de petits retraités, moi je suis cardiaque (j'ai subit 4 ablations) et cette histoire nous mine la vie.
L'huissier m'annonce une somme de 4000€ pour faire l'expulsion qui risque de demander encore un an!!!!!!
Je voudrais avoir des avis sur la façon de retrouver ce type (Je ne sais pas où il travaille, il aurait emménager avec une fille il y a un an, mais nous n'avons pas son adresse), l'huissier me dit que nous avons à faire à quelqu'un de malin et de foncièrement malhonnête, notre avocate nous dit que l'on peut rien faire?
Je souhaiterais également avoir vos avis sur la possibilité d'intenter une action au pénal pour abus de confiance, car je veux que ce type paye pour sa malhonnêteté
Enfin devant une telle situation je voudrais savoir si une pétition destinée à réduire drastiquement la durée de la procédure d'expulsion et à assimiler ce type de comportement à de l'abus de confiance (donc régit par le code pénal) vous semblerait être digne d'intérêt.
Je peux comprendre que des locataires puissent rencontrer des difficultés, mais lorsque la personne ne répond strictement à rien, ne donne donc aucune explication sur le non paiement des loyers, à ce moment là la procédure doit beaucoup plus rapide et sévère, cela tombe sous le bon sens.
Merci à tous ceux qui voudront bien me donner leur avis.
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Messages postés
9368
Date d'inscription
mardi 21 février 2017
Dernière intervention
11 décembre 2018
0
Merci
Bonjour
Bailleur présente des risques. Vous en faites l'amère expérience.
Sachez que la durée moyenne d'une expulsion est de 2 ans.
Et que le locataire étant sans doute insolvable surtout si il est malin.... Il ne payera rien même si vous portez plainte.
Au pénal vous y laisserez plus de plumes que lui.
ringspur
Messages postés
2
Date d'inscription
lundi 26 novembre 2018
Dernière intervention
27 novembre 2018
-
Je m'en aperçois en effet, cependant l'on ne peut laisser les choses en état, la loi semble en plus du coté des malhonnêtes puisqu'elle ne fait pas le distinguo entre le locataire qui peut rencontrer des difficultés et le voyou, c'est aberrant
C'est de l'abus de confiance pur et dur, connaissez-vous le coût d'une procédure au pénal?
Il n'y a donc rien à faire hormis subir?
Est-ce qu'une pétition visant à modifier les textes en la matière semble être une bonne idée, tout comme celle d'établir un fichier des mauvais locataires à l'instar des fichiers banque de France pour les chèques impayés et effets de commerce.
Commenter la réponse de anemonedemer
Dossier à la une