Abattement donation partage avec donation antérieure incorporée [Résolu]

Régis Vimeux 19 Messages postés lundi 5 septembre 2016Date d'inscription 2 janvier 2017 Dernière intervention - 5 sept. 2016 à 13:04 - Dernière réponse :  Gasc
- 5 sept. 2016 à 16:34
Bonjour,

Je vous expose la situation :

- Jean et Anne ont 2 enfants : Julie et Cloé

- En 2007 Jean et Anne donnent chacun 25.000 € (donation exceptionnelle CGI 790 G non déduite de l'abattement) à Julie pour l'achat d'une maison de 150.000 €.

- Julie est donc propriétaire de 50.000 € de la maison (1/3) et ses parents 100.000 € (2/3).

- Jean a hérité de la maison de ses parents d'une valeur de 300.000 €.

- En 2013, Jean fait une donation partage de cette maison à ses filles. Il donne donc la nue propriété d'une valeur de 150.000 € (il a 55 ans, son usufruit est de 50%).

- Pour être équitable avec ses deux filles, Jean incorpore à cette donation celle de 50.000 € qui a été faite en 2007.

- Le partage se fait donc comme suit : 50.000 € (2007) + 50.000€ pour Julie et 100.000€ pour Cloé.

Mon problème est le suivant : Quelle va être la déduction faite sur l'abattement de Jean envers ses deux filles ?
D'un côté on me dit 50.000 € pour Julie et 100.000 € pour Cloé, et de l'autre, 75.000 € pour les deux. Quelle est la bonne version ?

Jean est décédé et le notaire s'occupant de la succession est incompétent, il y a des erreurs qui risquent de coûter plusieurs milliers d'Euro de trop pour le FISC.

D'avance merci.
Afficher la suite 

Votre réponse

7 réponses

condorcet 26536 Messages postés jeudi 11 février 2010Date d'inscription 21 juillet 2018 Dernière intervention - 5 sept. 2016 à 13:27
0
Merci
Pour être équitable avec ses deux filles, Jean incorpore à cette donation celle de 50.000 € qui a été faite en 2007.
L'équité n'est pas respectée puisque les 50000 donnés en 2007 ont été prélevés sur la masse communautaire et que, Anne épouse de Jean, a elle, aussi consenti cette donation pour moitié.
Pour être équitable, Jean aurait dû inclure dans la donation-partage de 2013, 25000 € + 300000 valeur de la maison (bien propre de Jean) soit 325000 / 2 = 162500 à chaque fille.

Jean est décédé....
......les valeurs retenues dans la donation-partage de 2013 doivent être rapportées à la succession = 325000.
Cette donation-partage rétablissant l'équilibre entre les 2 filles chacun elles sont sont à égalité dans la succession.
Régis Vimeux 19 Messages postés lundi 5 septembre 2016Date d'inscription 2 janvier 2017 Dernière intervention - 5 sept. 2016 à 13:37
Tout d'abord merci pour cette réponse rapide !

J'ai omis de préciser qu'il y a eu donation entre époux auparavant, donc Anne a 50% de la maison (150.000 €). La succession porte donc uniquement sur les 50% restant.

Cependant, ma question porte sur l'abattement restant de Jean. C'est là que je bloque...
condorcet 26536 Messages postés jeudi 11 février 2010Date d'inscription 21 juillet 2018 Dernière intervention > Régis Vimeux 19 Messages postés lundi 5 septembre 2016Date d'inscription 2 janvier 2017 Dernière intervention - 5 sept. 2016 à 13:46
J'ai omis de préciser qu'il y a eu donation entre époux auparavant, donc Anne a 50% de la maison (150.000 €). La succession porte donc uniquement sur les 50% restant.
Ah !
Pourquoi Anne aurait 50 % ?
La donation entre époux ne lui offrait pas cette possibilité.
Régis Vimeux 19 Messages postés lundi 5 septembre 2016Date d'inscription 2 janvier 2017 Dernière intervention - 5 sept. 2016 à 14:03
Je m'embrouille... Cette maison ayant été donnée, elle ne se retrouve pas dans la succession. Elle va être vendue, c'est là que Anne aura 50 % de son prix de vente (usufruit réservé en rapport à son âge, ).

Mais que reste-t-il de l'abattement de Jean ? Sachant que la donation de 2007 n'a pas empiété dessus.
condorcet 26536 Messages postés jeudi 11 février 2010Date d'inscription 21 juillet 2018 Dernière intervention > Régis Vimeux 19 Messages postés lundi 5 septembre 2016Date d'inscription 2 janvier 2017 Dernière intervention - 5 sept. 2016 à 14:44
Mais que reste-t-il de l'abattement de Jean ?
Restez à l'écart de tout cela.
Plus vous avancez et moins vous comprenez.
Si Anne a récupéré ses droits en usufruit à la vente cela ne change rien à la situation puisque Julie et Chloé avaient recueilli la maison de Jean (bien propre) en usufruit, droits qu'elles ont également vendus.

D'ailleurs vous n'aviez jamais écrit qu'il y avait, au profit de Anne, réversion des droits en usufruit conservés par Jean ayant donné à ses filles un bien propre en nue-propriété.
Et soudainement cet usufruit ressuscite au moment de la vente mais pas au profit du donateur (-évidemment) mais à celui de son conjoint.

Il n'en ressort pas moins que Julie et Chloé ont reçu dans cette donation-partage (retenons les chiffres de l'acte) 350000 / 2 = 175000 rapportable à la succession, auquel cas elles ne bénéficient plus d'aucun abattement.
Régis Vimeux 19 Messages postés lundi 5 septembre 2016Date d'inscription 2 janvier 2017 Dernière intervention - 5 sept. 2016 à 14:50
D'accord, je pense avoir saisi.

Dans certains cas les successions semblent vraiment difficiles à comprendre...

Merci encore pour ces réponses.
Commenter la réponse de condorcet
0
Merci
Bonjour
"Le notaire s'occupant de la succession est incompétent....":
il est vrai que vous êtes particulièrement qualifiée pour en juger, si je m'en rapporte à vos connaissances en la matière.......
Commenter la réponse de Gasc
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une