Entre assurance dommage-ouvrage et multi-risques habitation... [Résolu]

valrita 19 Messages postés lundi 2 février 2015Date d'inscription 2 mai 2017 Dernière intervention - 21 nov. 2015 à 12:45 - Dernière réponse : valrita 19 Messages postés lundi 2 février 2015Date d'inscription 2 mai 2017 Dernière intervention
- 22 nov. 2015 à 18:02
Bonjour,
On a fait construire une maison en 2006, réceptionnée en 2007.
Fin 2010-début 2011, on a remarqué de fortes marques d'humidité en bas des murs, en façade. On a déclaré le sinistre à la dommage-ouvrage, certains tests ont été faits sans succès (vérif fuite en arrivée d'eau, évacuation, 2 descentes d'EP, vide-sanitaire). L'expert a dénoncé l'absence de calage de la baignoire, et a mis les désordres sur le compte de coulures de prises de douches. Il n'a pas tenu compte du VS, et n'a pas retenu de phénomène de remontées capillaires, considérant que le vide-sanitaire ne présentait pas d'humidité sur la paroi extérieure (qui est crépie jusqu'en bas). Nous avons fait les travaux de calage, et les désordres persistants, relancé seulement quelques mois après la dommage-ouvrage pour une contre-expertise. Nouvel expert, celui-ci décrète que les terres sont trop hautes, écrit dans son rapport qu'on en a rajoutées (alors que c'est faux), qu'elles sont au niveau de l'arase étanche (qu'il situe à l'aide du maçon concerné, au 1er rang de briques, soit au dessus de la rangée de planelles, au dessus du plancher hourdis, ce qui n'est pas conforme aux règles de la construction). Le maçon a dit qu'il avait fait une arase étanche au mortier hydrofuge, et sa seule parole a suffit. L'expert n'a pas remis en cause l'arase étanche, son défaut de réalisation, ni même son efficacité. Il nous a conseillés oralement de descendre les terres périphériques à la maison de -15cm et de faire par la suite des travaux d'assainissement, de mettre un drain, et du cailloux jusqu'à l'arase désignée. Nous avons donc, dans un 1er temps, décaissé sur 1m et à -20cm tout autour de la maison, un léger mieux, mais toujours des marques d'humidité au niveau des planelles. Ensuite, nous avons embauché un terrassier pour décaper le terrain, mettre en pentes vers les extérieurs, + enlèvement des terres. Cela n'a pas suffit, nous avons donc repris un terrassier pour faire des travaux d'assainissement. Il a fait des tranchées de 40cm tout autour de la maison, est descendu jusqu'aux fondations, a posé du caillou déclassé qu'il nous a fait passer pour du cailloux de calibre 16/22, a posé un tuyau de drain trop haut et trop bas par endroits puisqu'il passe sous les "galettes" de fondations (dixit Professionnels sur photos présentées, pas vu de débord de semelles béton des fondations), le tout recouvert du même caillou, sans géotextile, sans protéger le soubassement etc. (Au passage, il nous a cassé l'angle du garage, en cours de traitement par la multi-risques habitation, et a nié avoir écrasé le regard béton du compteur d'eau avec ses engins). Bref, les travaux ont eu lieu fin septembre de cette année, et aux 1ères pluies, les murs ont été impactés de plus belle, et semblent ne plus sécher du tout ! Sa solution miracle qui devait assainir la maison et nous changer radicalement la vie tourne au cauchemar... On a aujourd'hui des marques qui passent au dessus des planelles. J'ai appelé un spécialiste de l'humidité, lequel a fait des tests via des appareils laser qui traversent les épaisseurs de murs, et il a constaté que l'humidité non seulement était importante, mais allait bien au delà de l'arase étanche désignée, et qu'elle traversait aussi toute l'épaisseur des briques (preuve, donc, de l'absence d'arase). A court ou moyen terme, on devrait donc observer un impact sur les cloisons en placo. Ce Spé nous a indiqué qu'il s'agissait d'un Pb structurel aggravé par les travaux inadaptés du terrassier (à vue d'oeil et sur photos prises lors du chantier que nous lui avons présentées). Il a évoqué des remontées capillaires, pont thermique et infiltrations latérales du fait que les fondations et VS n'étaient pas protégés. C'est lui qui nous a alertés sur les fondations etc..., il doit normalement nous faire adresser un constat avec ses observations et mesures, mais ne souhaite ni ne peut s'impliquer pour le reste, ce qui est normal. Sur photos du chantier de construction initiale qu'on a retrouvées, on nous a aussi appris que le béton des semelles de fondations devaient être à rase du terrain naturel, ce qui n'a pas été le cas, ils ont enterré la maison d'au moins -20cm au départ ! (et l'on nous a incriminés à tort). Aujourd'hui, nous sommes en partie sous le niveau des terrains naturels alentours. Alors comment procéder pour obtenir gain de cause et surtout réparation, prise en charge ? Que faire quand 2 responsables ? Puis-je relancer la dommage-ouvrage pour remettre en cause les fondations, l'arase étanche ? A savoir qu'on a payé à l'époque 4500€ supplémentaires pour approfondissement des fondations à -1,80m. Nous doutons que cela ait été fait, car nous avons subi un tassement (fissures 2mm environ des plinthes de carrelage, les volets qui frottent de plus en plus sur les appuis de fenêtre en pignon Est et dans une chambre façade Sud, des micro-fissures externes (horizontales, verticales aussi). Que faire ? Comment ? et surtout dans quel ordre ?
Ma multi-risques habitation ne voudra pas entendre parler de la dommage-ouvrage, du moins des déclarations précédentes. C'est compliqué, et d'autant plus que, concernant la dommage-ouvrage, on a fait la bêtise de signer la même police d'assurance que le constructeur. Alors si ses sous-traitants c'est idem, on est vraiment mal partis... Un constat d'Huissier serait-il pertinent ?
J'avais déclaré les tuiles poreuses dès les 1ères années (dès qu'il pleut, elles marquent en sous-face), mais on nous avait déjà mis la tête dans le sable, en nous disant que la tuile était poreuse par définition, qu'elles étaient étanche, que cela s'arrangerait dans le temps ! Le fournisseur avait récupéré des échantillons pour les tester dans SON LABO, et bien sûr l'expert avait écrit que les tuiles étaient conformes. C'est loin d'être impartial tout ça ! Je suis dépitée, dégoûtée de tout, que de regrets... mais trop tard, et là on est bien obligés de subir et d'assumer ce sacs de noeuds. J'espère rester intelligible malgré la longueur de mon récit et mes éparpillements un peu confus...Helppppppp
Merci d'avance aux bonnes âmes éclairées qui pourront nous venir en aide !!!
(Avis, conseils, je prends tout)
Inutile de vous dire que nous avons déjà perdu pas mal d'argent pour RIEN, que la maison en l'état actuel des choses ne vaut rien, est invendable. Et que, nous perdrons encore des sous fatalement... Il ne nous reste plus qu'un an 1/2 de dommage-ouvrage :-(
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

oroeheaje78 16 Messages postés mardi 2 avril 2013Date d'inscription 2 avril 2016 Dernière intervention - 21 nov. 2015 à 12:57
0
Merci
Bonjour,
il ne vous reste plus qu'à suivre ces personnes concernées et d'informer leurs clients des problèmes que vous rencontrez. Vous êtes en droit d'informer, ils ne peuvent rien vous reprocher puisque vous ne racontez que les problèmes que vous rencontrez vous même suite à la construction d'une maison avec les personnes concernées. Peut-être que les acteurs principaux vont réagir? Et rien n'interdit en France de faire de l'information et non de la désinformation? Les gens doivent être au courant des problèmes rencontrés.
Cordialement
Tenez moi au courant de vos évolutions.
Je comprends votre dégoût voir votre rage.
valrita 19 Messages postés lundi 2 février 2015Date d'inscription 2 mai 2017 Dernière intervention - 22 nov. 2015 à 06:07
Bonjour,
Comment ça "suivre ces personnes" ? (pas compris)
Il est important d'informer, oui, mais mon but 1er c'est déjà d'obtenir de l'aide, des infos, des conseils, pour tenter de me sortir de cette situation cauchemardesque...
merci
valrita 19 Messages postés lundi 2 février 2015Date d'inscription 2 mai 2017 Dernière intervention - 22 nov. 2015 à 18:02
A Valenchantée...

On m'a supprimé mon post de ce matin au prétexte qu'il était en "double exemplaire", ce n'était pas le même, y'avait des nuances, mais du coup je n'ai pas eu le temps de vous répondre, désolée.

Alors je le fais ici en espérant que vous me lirez... Vous avez raison, il s'agit de malfaçons, dont certaines ou toutes engendrent des désordres sur le bâti (ce qui est théoriquement pris en charge par la DO). Mais vu que j'ai pris la même assurance que "les constructeurs" (constructeur + ses sous-traitants), et bien à chaque fois on nous met la tête dans le sable.
Souvent en dépit du bon sens, mais ils espèrent ainsi qu'on finira par se décourager.
C'est d'ailleurs ce qui s'est passé pendant 4 ans, j'ai baissé les bras. On a bien parlé de nos soucis à 2 ou 3 Avocats, mais l'affaire ne leur semblait pas assez importante pour s'investir, sans doute pas assez intéressante pour eux, je sais pas mais bon...
On nous dit à chaque fois qu'on est pas sûrs de gagner (alors qu'on a des preuves, que tout est évident, bref). On nous dit qu'il y en a des tas et des tas des affaires comme là nôtre, mais aussi des beaucoup plus graves. Alors voilà, c'est minimisé, et les "constructeurs" savent bien tout ça ! les "pros" ne le sont plus, entre leurs prix souvent abusifs (mais libres) et leurs malfaçons parce qu'ils bossent au rendement, à l'arrache !
Y'a plus que le pognon qui compte, on oublie sa conscience, exit l'humain. C'est triste mais c'est comme ça. Ils savent bien que peu de gens vont monter au créneau, ils se savent protégés, soutenus, ils savent qu'ils ne risquent pas grand chose en définitive.

Un expert a noté la réalisation de l'arase étanche dans son rapport, tel que le maçon lui avait désignée. Et basta, il n'a pas mentionné qu'elle n'était pas conforme (au 1er rang de briques, donc au dessus du plancher, donc elle ne prémunit pas la dalle et les murs en briques des remontées capillaires !). Il ne l'a pas remise en cause et, sans investigation complémentaire, a statué en notre défaveur (le "tout puissant"). L'asssureur a tout simplement archivé le dossier !!! Alors, oui, retenter un énième Avocat peut-être...

Cette histoire va nous ruiner de tous bords, je le sens.
NE FAITES PAS APPEL AUX CONSTRUCTEURS (leçon de vie) :-(
Ils sous-paient les sous-traitants et le reste s'en suit... C'est le client qui morfle à coup sûr !
Commenter la réponse de oroeheaje78

Dossier à la une