Vente de maison suite au décès des parents

Signaler
Messages postés
3
Date d'inscription
mercredi 6 mars 2013
Statut
Membre
Dernière intervention
9 mars 2013
-
Messages postés
33375
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
7 juin 2020
-
Bonjour,
suite au décès de nos parents nous avons hérité une maison nous sommes 3 enfants qui hérite de la maison + une des petite fille hérite sur la pare de notre mère a ce jour après plusieurs visite j'ai trouvé un acheteur a 170.000 euro mon frère et la petite fille sont d'accord j'ai mie ma soeur au courant qui me répond qu'elle va réfléchir car peut être elle va l'acheté mais a 150.000 euro comme les parent avais proposé si cela reste dans la famille il nia pas d'acte écrie sur se prix a t'elle le droit de l'acheté moins cher que notre client et que pouvons nous faire elle a déjà signé l'acceptation d'héritage chez le notaire et en plus elle a signée un papier auprès d'une agence immobiliaire qui s'occupai de la vente au prix de 193 000 euro frais d'agence compris se qui fait pour nous 185 000 euro net vendeur (cela fait 6 mois que je m occupe de l'entretien extérieur et intérieur de la maison ,des appels téléphonique pour la vente et des visites et trouvé un acheteur , après plus 1 ans et demi que notre mère ai décédé elle voudrai l'acheté en plus a pris réduit ) que pouvons nous faire ??
dans l'attente d'une réponse de votre part recevez mes salutations distinguées

1 réponse

Messages postés
33375
Date d'inscription
jeudi 11 février 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
7 juin 2020
13 039
a t'elle le droit de l'acheté moins cher que notre client
En sa qualité de co-indivisaire, au même titre que ses frère et soeur, elle jouit d'un droit de "préemption" (une priorité) pour acquérir les droits des autres coindivisaires, mais à prix égal.
Aucun texte ne rend obligatoire une baisse du prix de vente sous prétexte que l'acquéreur potentiel et l'un des coindivisaires.

que pouvons nous faire ??
Lui répondre par la négative, sous réserve de la contraindre par voie de justice en cas de refus.
Dossier à la une