Pièce principale ou pièce de service ?

sedodo - 4 févr. 2010 à 15:44 - Dernière réponse : soleilen73 3652 Messages postés jeudi 30 juillet 2009Date d'inscription 3 septembre 2011 Dernière intervention
- 4 févr. 2010 à 15:46
Bonjour,

Voilà, j'ai un problème qui me chagrine.

Mon employeur m'a mis à disposition un logement. Il considère que c'est un F5. Moi je considère que c'est un F3 !

Pouvez-vous me donner votre avis voir d'éventuel texte qui pourait m'aider svp.

J'ai en théorie un petit salon que j'utilise comme une salle à manger 10.58 m2.
J'ai une chambre que j'utilise comme salon (plus conviviale et plus spacieux) 18.09 m2
J'ai une autre chambre 14.48 m2

Et j'ai 2 petites pièce (9.61 et 15.39 m2) "mal foutue" que j'utilise comme chambre car mes filles voulaient leur propre chambre et le problème, c'est que pour accéder à ma chambre, je suis obligé d'emprunter le seul et unique chemin qui m'oblige à traverser les 2 "chambres" de mes filles. Moi je les considères comme des pièces de services car je suis obligé de les emprunter, il y a 2 portes dans chaque pièce ce qui me gène pour amménager leur "chambre" car la configuration ne me permet pas de mettre des armoires adapté à la quantité de vêtements qu'elles disposent.

Pour aller de ma chambre à la salle de bain, je suis obligé d'emprunter l'une des chambres de mes filles.

Pour aller à la salle de bain à partir de mon salon, je dois aussi traverser les 2 chambres de mes filles.

Je dois tout de même vous dire qu'il sagit d'un batiment qui a plus de 600 ans qui a été réaménager au fur et à mesure des siècles.

Merci pour vos réponses
Afficher la suite 

1 réponse

Répondre au sujet
soleilen73 3652 Messages postés jeudi 30 juillet 2009Date d'inscription 3 septembre 2011 Dernière intervention - 4 févr. 2010 à 15:46
0
Utile
Bonjour, le nombre de pièces est celui des pièces habitables avec ouvertures, sans compter : cuisine, sdb et toilettes.
Commenter la réponse de soleilen73
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une