Négociation fin de période d'essai

Signaler
-
 nash06 -
Bonjour,

J'ai été embauché il y a quelques mois dans une entreprise et je me rend compte que ce travail ne me convient pas du tout. Je suis encore en période d'essai, en principe jusqu'à fin décembre (mais la période d'essai peut être prolongée si j'ai bien compris, puisque entre le début de mon contrat et fin décembre j'aurai eu 2 semaines de congés payés et RTT), et j'ai l'intention de quitter cet emploi. Je peux démissionner avec un préavis de 48h, mais cela poserait deux problèmes, un pour moi et l'autre pour l'entreprise :

- De mon côté, si je démissionne, je n'aurai pas droit aux ARE (alors que si l'employeur met fin à ma période d'essai, ça sera le cas).
- Du côté de l'employeur, ma démission entre maintenant et fin décembre serait très problématique puisque je pourrai difficilement être remplacé pour le travail que je suis censé accomplir la première semaine de janvier.

Une idée qui me vient en tête, c'est de dire que je compte démissionner fin décembre, mais que je suis prêt à rester jusqu'à la semaine suivante (et donc faire le travail début janvier) si l'entreprise accepte de prolonger ma période d'essai jusque-là et de la rompre elle-même.

D'un certain côté, c'est gagnant-gagnant : j'ai droit au chômage, et l'entreprise est moins embêtée que si je pars plus tôt. (Bon, en fait, ça ne m'enchante pas de rester une semaine de plus dans cette entreprise, mais je suis prêt à l'accepter si ça me permet d'avoir le chômage.)

Cependant, est-ce que j'ai le droit d'essayer de négocier de la sorte ? Est-ce que ça ne serait pas une forme de "chantage" punie par la loi ? (Puisqu'en gros ça revient à menacer l'entreprise de les mettre dans la mouise s'ils ne me licencient pas.)

Et accessoirement (mais là ce n'est pas forcément du domaine de compétence de ce forum), est-ce que ça vous semble possible que l'entreprise accepte, ou bien est-ce qu'en faisant ça je ne vais gagner que de générer une super mauvaise ambiance jusqu'à mon départ ?

Je précise quand même que de toute façon, chômage ou pas, je vais vraisemblablement quitter mon poste (je suis en discussion pour un autre emploi, moins bien payé mais qui me permettrait quand même de ne pas me retrouver sans rien). Le chômage, dans mon cas, me permettrait surtout, avec les règles de cumul ARE + salaire, de ne pas avoir de perte de revenu, ou très peu, lorsque je serai sur ce nouvel emploi, mais ce n'est pas une condition incontournable pour que je quitte mon poste.

Merci d'avance

2 réponses

Messages postés
13118
Date d'inscription
dimanche 19 janvier 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
8 mai 2021
6 713
Bonjour,

Gagnant-gagnant, et le perdant de votre fraude est l'organisme qui vous verse des droits alors que vous n'y aurait pas eu le droit.

CB
Bonjour,

Merci de votre réponse. Cela serait-il reconnu réellement comme "fraude" ?
Si oui je vais évidemment le prendre en compte, mais dans le cas contraire, si ce n'est qu'une considération morale, je traiterai ça avec ma conscience.