Rupture conventionnelle et nouveau travail

Signaler
-
 Rirififiloulou -
Bonjour,

voici ma situation actuelle:

Ma patronne a voulu ce séparer de moi car mon emploi du temps actuel ne lui convenait plus (j'ai un deuxième travail en libéral), nous avons donc décider sur un commun accord de signé une rupture conventionnelle (signé le 3 mars 2020).
Sur mon papier de rupture conventionnelle il est stipulé que je dois travailler jusqu'au 21 avril 2020.

Seulement voila, cette après-midi j'ai reçu un appel pour un nouveau poste à promouvoir la semaine prochaine, un poste en CDI.

je ne sais pas quoi faire, je ne peux pas refuser ce poste sachant que je risque d'être au chômage dans 1 mois...

je suis diététicienne de formation, donc les postes, il n'y en a pas à chaque coin de rue...

est-ce que quelqu'un sait si je peux accepter sans crainte ce poste, tout en ne respectant pas mon préavis?
en sachant que si ça se passe mal, est-ce que je pourrais quand même toucher mon chômage?

merci pour vos réponses,

2 réponses

Messages postés
11289
Date d'inscription
dimanche 19 janvier 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
5 avril 2020
4 839
Bonjour,

est-ce que quelqu'un sait si je peux accepter sans crainte ce poste, tout en ne respectant pas mon préavis?  

Non, votre employeur peut vous poursuivre. Elle peut aussi faire condamner la nouvelle société à l'obliger à vous licencier à son tour, car vous n'avez légalement pas le droit de travaille pour la nouvelle société tant que votre contrat n'est pas rompu.

en sachant que si ça se passe mal, est-ce que je pourrais quand même toucher mon chômage? 

Durant l'absence pendant votre préavis, vous cotiserez à 0€. Cotisation qui seront pris en compte dans la moyenne des salaires retenus pour le calcul des indemnisations. 0€ dans un moyenne, cela la fait chuter fortement.

CB

Pardon hoquei, je n'avais pas l'intention de vous contredire mais votre réponse n'apparaissait pas quand j'ai commencé à rédiger la mienne

Bonsoir

Dans une rupture conventionnelle il n'y a pas de préavis.
Un préavis c'est lorsque l'une des parties au contrat informe l'autre de la rupture, en cas de licenciement ou de démission.
Là les deux parties conviennent d'une date de rupture d'un commun accord, sous le contrôle de l'administration.
Il n'y a pas de rupture conventionnelle tant que vous n'avez pas reçu un courrier de la DIRECCTE disant" nous sommes d'accord pour la rupture conventionnelle".
Une fois la rupture acquise, rien ne s'oppose, si les deux parties sont d'accord, à ce que la date en soit avancée.
Mais la date du 21 avril si vous avez signé le 3 mars été calculée au plus juste pour respecter les délais de rétractation et de traitement administratif.
Si la DIRECCTE se prononce rapidement vous pourrez gagner quelques jours mais pas plus.
La seule solution qui me paraît envisageable est que vous conveniez, avec votre employeur, d'une suspension de votre contrat de travail avec autorisation expresse d'occuper un autre emploi.
Si la rupture est acceptée par la DIRECCTE pas de soucis.
Par contre, en cas de refus, il faudra refaire une rupture conventionnelle conforme et prolonger la suspension du contrat de travail. Rien d'insurmontable si l'employeur est d'accord.
Dossier à la une