PACS et abandon régulier de domicile

- - Dernière réponse : Papa_en_galere
Messages postés
3
Date d'inscription
vendredi 23 novembre 2018
Dernière intervention
23 novembre 2018
- 23 nov. 2018 à 17:00
Bonjour,

Ma compagne et moi somme pacsés depuis plus de 11 ans et en couple depuis 15. Cela fait presque 4 mois qu'elle a pris un amant (Je ne suis au courant depuis le 8 septembre mais si je n'avais pas demandé, il est probablement qu'elle ne m'aurait jamais mis au courant). Elle découche très régulièrement (16 fois depuis le 8 septembre). J'ignore si on peut qualifier ceci d'abandon de domicile.

Nous avons une fille de 10 ans et demi qui le vit très mal, tout comme moi.

J'aimerais savoir quels sont mes recours afin de notifier légalement ses absences (les gendarmes ne veulent pas accepter de faire une main courante car ils disent que cela est de l'ordre du privé). Or, elle ne s'occupe plus du tout de notre enfant. Nous nous sommes vus hier et elle m'a dit vouloir un accord oral pour une garde alternée lorsqu'elle aurait pris un logement (pour l'instant elle est la plupart du temps chez son amant).
Ceci, afin de savoir quels sont mes droits au cas où j'en viendrais à demander la garde complète de notre fille.

Merci d'avance,
Cordialement.
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Messages postés
355
Date d'inscription
lundi 22 octobre 2018
Dernière intervention
13 décembre 2018
0
Merci
Aucun droit?

Pensez vous que, parce qu'elle à pris un amant alors elle perd ses droits sur votre fille?
votre femme à le droit de sortir et vous etes visiblement capable de vous occupé de votre fille, si elle est malheureuse de rester seule avec vous c'est probablement qu'elle preferera rester en garde total avec la mère ?

le PACS/mariage n'est pas une prison.
le fait qu'elle habite toujours chez vous et qu'elle ne passe (environs 18% de ses nuits dehors) donc 82% du temps chez vous avec votre fille ne ressemble pas du tout à un abandon de domicile.

déposer une main courante reviendrait à punir votre femme pour adultere: nous ne sommes pas en Arabie saoudite.



l'unique conseil et de faire en sorte que la séparation se passe bien et ne pas considérer que votre conjointe vous appartiens. ne l'attaquez pas devant un juge (ie c'est une mauvaise mère, blabla) et vous aurez une chance d'avoir une garde alterner si elle choisi de rester dans votre ville.

Si la mère change de ville, la garde alternée est impossible, l'enfant ayant 10ans (jeune pour un JAF) la parole de l'enfant sera prise en compte avec un fort penchant des JAF pour les maintenir dans leur 'environnement naturel' autant que possible (ie dans leur ville)
Papa_en_galere
Messages postés
3
Date d'inscription
vendredi 23 novembre 2018
Dernière intervention
23 novembre 2018
-
Bonjour,
Je ne dis pas qu'elle soit une mauvaise mère (bien que sur le plan de l'éducation, c'est essentiellement moi qui éduquais notre fille et qu'elle m'ait toujours laissé le mauvais rôle et gardé celui de la "mère-copine").

Je dis simplement qu'elle découche des journées et des nuits entières sans donner de nouvelles ni se soucier du bien de sa fille. Les 82% du temps chez nous avec notre fille dont vous parlez ne sont d'ailleurs pas tout à fait exacts : j'ai omis de vous dire qu'elle n'était pas souvent non plus présente pour le dîner et ce, bien après l'heure du coucher de notre fille. Quant aux week ends, elle est le plus souvent absente.

Ma conjointe ne m'appartient pas, car personne n'appartient à quiconque. Cependant c'est le désintérêt qu'elle manifeste à notre fille qui me désole. Il vous faut savoir qu'on ne peut déposer une main courante pour adultère, du moins pas dans le cadre d'un PACS. J'ai tenté à la gendarmerie et me suis fait envoyer paître.

J'ai tout fait pour éviter la séparation, lui ai proposé une chambre à part dans notre maison qui est assez grande et dont nous avons encore 16 ans de crédit à payer.

Êtes-vous en train de me dire que si elle change de ville, je pourrais même perdre la garde alternée ? Elle a déjà essayé de me virer de la maison et de m'envoyer vivre chez mes parents qui n'habitent pas la même ville (sans leur demander leur avis) il y a quelques semaines de ça. C'est une personne calculatrice et manipulatrice, et elle a déjà, par le passé, après une dispute, dit à notre fille que j'étais un mauvais père.

Cordialement.
zigomar-premier
Messages postés
355
Date d'inscription
lundi 22 octobre 2018
Dernière intervention
13 décembre 2018
-
restons factuel:
- votre mariage/union est terminé.
- si votre femme change de ville (suite à son depart) vous serez probablement en garde total avec votre fille. (sous conditons que votre fille accepte et témoigne en ce sens aupres du JAF)

- laissez votre femme, sa volonté de partir/rester, qu'elle tente de vous viré de l'appart etc...
ce n'est vraiment pas pertinent pour le JAF
-concentrez vous sur votre enfant et si elle n'est pas presente pour votre fille, c'est aussi bien pour vous.
preparez votre fille à son depart (ce n'est pas si terrible) et donc à devoir faire un choix (garde chez vous, chez la mere ou en garde alternée)
Papa_en_galere
Messages postés
3
Date d'inscription
vendredi 23 novembre 2018
Dernière intervention
23 novembre 2018
-
Elle ne nous a toujours pas dépacsés et ce alors que je lui demande.

C'est elle qui veut que je change de ville. Je comprends à présent mieux pourquoi.

Aujourd'hui je me concentre sur ma fille car elle n'a plus que moi.
zigomar-premier
Messages postés
355
Date d'inscription
lundi 22 octobre 2018
Dernière intervention
13 décembre 2018
-
poussez la à la faute.... (sans voiloir etre trop méchant)
proposez lui d'aller vivre chez/avec son amant que cela ne vous dérange pas, qu'elle vous donne simplement son emploi du temps (quand elle sera là et quand elle ne le sera pas)

Prouvez ainsi au juge que vous etiez seul à vous occupé de l'enfant.
Papa_en_galere
Messages postés
3
Date d'inscription
vendredi 23 novembre 2018
Dernière intervention
23 novembre 2018
-
Nous on avons déjà parlé. Elle veut rester avec lui la nuit mais refuse de vivre chez lui.
Commenter la réponse de zigomar-premier
Dossier à la une