Droit de préemption sur un terrain loué sans achat de la maison [Résolu]

Hultehouse - 5 juil. 2016 à 11:31 - Dernière réponse : Esperantine 3 Messages postés lundi 22 août 2016Date d'inscription 23 août 2016 Dernière intervention
- 22 août 2016 à 16:35
Bonjour,
j'ai l'intention de louer un terrain en zone rurale d'environ 2000m2 à un éleveur de chevaux afin que ceux-ci broutent l'herbe. Ce terrain est contigu avec ma petite maison secondaire en Moselle que j'occupe environ 4 mois par an. Est-ce que dans le cas où je vendrais la maison, le locataire du terrain serait prioritaire pour l'achat de la seule parcelle de terre, sans acheter pour autant la maison ? Celle-ci se trouverait en conséquence perdre beaucoup de son potentiel pour l'acheteur éventuel. Comment faire pour éviter cette situation ? Merci infiniment pour votre réponse.
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Esperantine 3 Messages postés lundi 22 août 2016Date d'inscription 23 août 2016 Dernière intervention - 22 août 2016 à 16:35
0
Merci
Bonjour,

Dans le cas de la location d'une parcelle agricole, ici en l'occurrence un pré, cette location est soumise à un régime juridique spécifique. Il serait souhaitable de se poser quelques questions avant de louer cette parcelle.

Partez sur un document écrit. Qui est propriétaire de la parcelle en question ? Vous-même ou bien 2 époux ?
Quel est la superficie minimale pour pouvoir conclure un bail à ferme sur un pré dans votre département ? Vous pouvez vous rapprocher de la Chambre d'agriculture de votre région ou bien de la FDSEA de votre département.

L'éleveur vous paierai-t-il une somme d'argent contre la location de cette parcelle ?
La location se ferait pour quelle durée ? Si bail à ferme (= un bail rural "normal" = 9 ans avec possibilité de renouvellement sauf clauses contraires inscrites dans le bail); le bail à ferme ne peut avoir une durée inférieure à celle indiquée précédemment.

J'attends votre réponse pour pouvoir mieux vous répondre.

Cdlt
Commenter la réponse de Esperantine
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une