Reprise des droits chômage après une démission

Signaler
-
 Lulu -
Bonjour,
J'ai eu une rupture conventionnelle au 30 septembre ce qui m'a ouvert mes droits au pôle emploi avec indemnisation pour 24 mois. 3 mois plus tard j'ai repris un CDI nouveau contrat auquel j'ai mis fin à la période d'essai au bout de 5 jours soit 39h00 travaillées sur cet emploi. Il me restait donc 21 mois de chômage à percevoir. Vais je récupérer mon indemnisation sachant que j'ai mis fin à la période d'essai ?
D'avance merci.

1 réponse

Bonsoir,

Oui, car moins de 65 jours travaillés depuis l'ouverture des droits.
Je reviens vers vous sur ce sujet car si on regarde sur internet unedic avenant n° 2 du 08 juillet 2015 cet article ne dit pas que l'on a 65 jours comme vous dites dans votre réponse mais 8 jours seulement pour rompre la période d'essai.
Alors du coup je n'y comprend plus rien. Le pole emploi selon la personne en ligne n'a pas non plus le même discours. Pouvez vous regarder cet article unedic avenant n°2 du 08 juillet 2015 et me dire ce que vous en pensez ?
Pour rappel ma question était la suivante :
Je suis actuellement indemnisée par le pôle emploi (droits calculés 24 mois) suite à une rupture conventionnelle. Au bout de 3 mois de chômage j'ai retrouve un travail en CDI et j'ai mis fin à ma période d'essai au bout de 5 jours ?
Vais je pouvoir reprendre mon indemnisation restant à savoir 21 mois où ai je tout perdu car j'ai mis fin à ma période d'essai ?
Désolée d'être insistante mais ce n'est tellement pas clair pour mon sur les différents sites
Un avenant ne fait que modifier un article et en l'occurrence, il modifie l'art. 26 qui dit:

§ 2 -
Lorsque le salarié privé d’emploi en cours d’indemnisation justifie d’au moins 65 jours travaillés ou 455 heures travaillées depuis sa précédente ouverture de droits, la poursuite de l’indemnisation est subordonnée au fait qu’il ne renonce pas volontairement à sa dernière activité professionnelle salariée.

Cette condition n’est pas opposable lorsque le départ volontaire met fin à une activité qui a duré moins de 6 jours travaillés ou qui représente moins de 17 heures travaillées par semaine.

Cette condition n’est pas opposable aux salariés privés d’emploi qui peuvent recevoir le reliquat d’une période d’indemnisation leur donnant droit au service des allocations jusqu’à l’âge auquel ils ont droit à la retraite à taux plein, et au plus tard jusqu’à l’âge prévu au 2° de l’article L. 5421-4 du code du travail.

Tout départ volontaire non opposable en application des alinéas ci-dessus ne peut être remis en cause ultérieurement.


Pour information, cet article a justement été modifié pour éviter le blocage en cas de reprise dépassant les 65 jours, mais de moins de 6 jours... et non pas de 8 jours qui étaient basés sur l'ancienne méthode de calcul de jours calendaires De même, les 91 jours calendaires sont passés à 65 jours travaillés

Cette modification résulte de l'avenant n° 2 du 8 juillet 2015 portant modification des articles 26 § 2
Donc j'aurais bien le droit à la continuité de mon chômage sans que pôle emploi tienne compte de ma démission ?
Vous êtes bien d'accord ?
Moi ce texte, je l'interpretais mal et je le trouvais pas très clair, un peu tout et son contraire.
Oui, et il est vrai que ce texte est écrit en logique inverse... ce qui fait que, même le Pôle emploi vous raconte des balivernes.
Pour faire simple, vous ouvrez des droits et, tant que vous restez en dessous de 65 jours travaillés, vous pouvez reprendre vos droits ouverts.
ça c'était avant l'avenant qui lui, a permis d'édulcorer quelque peu en rajoutant un emploi de moins de 6 jours ou moins de 17 heures.
Si vous avez un problème avec le conseiller, demandez à parler à un spécialiste de l'indemnisation... vous pouvez également les interpeller via votre espace personnel.
Je vous remercie pour vos explications.
Je vous remercie pour votre réactivité également.
En effet, j'ai appelé à plusieurs reprises le pôle emploi mais j'ai eu des versions bien différentes les unes des autres alors si eux s'y perdent .....
Vous êtes qui en fait ? Un specialiste en droits ?
Dossier à la une