Dépassement de la date d'ouverture des droits aux allocations

Signaler
-
 ThibautC -
Bonjour,
à la suite d'un doctorat, je suis parti aux Etats-Unis pendant deux ans, de septembre 2017 à août 2019 afin d'effectuer un post-doctorat sous contrat avec une université américaine. Depuis mon retour, je suis en recherche d'emploi, je me suis donc inscrit à Pôle Emploi avant la réforme fin 2019, espérant par ailleurs toucher une allocation chômage.
En France, j'étais sous contrat doctoral de 2013 à 2016, puis sous un contrat d'ATER d'octobre 2016 à août 2017, période pendant laquelle l'université a cotisé à l'UNEDIC.
Cependant, à la fin de ce contrat, je n'ai pas ouvert mes droits à l'ARE, ni du coup effectué un gel de ces droits.
Aujourd'hui, Pôle Emploi me refuse l'accès à ces droits, qui s'annule apparemment après un an, hors cela fait un peu plus de deux ans depuis la fin de contrat avec mon dernier employeur français.

Ma première question est donc s'il y a possibilité d'un recours de quelque sorte que ce soit. L'annulation de ces droits me paraît injuste, ayant cotisé comme tout un chacun pour ceux-ci.

Ma deuxième question concerne les autres types d'allocation. J'ai entendu parler de l'ASS, qui concerne les personnes qui ont travaillé au moins 5 ans sur les dix dernières années. Hors entre la période 2009 à 2019 j'ai travaillé 6 ans à temps plein et un an à temps partiel. Cependant apparemment ce type d'allocation ne concerne que les personnes étant arrivé en fin de droit chez Pôle Emploi. M'est-il donc impossible de demander de telles aides ?

Merci de votre aide.

2 réponses

Vous avez démissionné ? que dit la feuille pole emploi remise par votre fac.
Peut-être cela qui fait que vous n'avez rien.
C'est 3 ans pour faire valoir ses droits au retour de l'étranger.
Bonjour, merci de cette réponse rapide.
C'est une fin de contrat à durée déterminée. L'unique raison du refus d'allocation d'après le conseiller est l'absence d'ouverture de droit dans l'année suivant la fin du contrat.

Je précise, au cas où ceci peut rentrer en compte, que l'université américaine ne payait bien évidemment rien pour l'assurance chômage etc. C'est-à-dire que je n'avais pas un statut d'expatrié ou de travailleur détaché.

Je vais en chercher un peu plus sur ces trois ans au retour de l'étranger, le conseiller ne m'a pas informé de ceci.

Merci encore.
Dossier à la une