Serveur

- - Dernière réponse : dna.factory
Messages postés
18328
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
17 mai 2019
- 9 mai 2019 à 07:56
Bonjour, j ai une question je suis serveur et je passe par un bureau de recrutement specialise dans la restauration mais il me demande de payer une cautisation de 60 euros par an cela est il legale merci de me repondre
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

Meilleure réponse
Messages postés
10716
Date d'inscription
vendredi 28 janvier 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
19 mai 2019
2448
2
Merci
Les agences d’intérim ne facturent rien , Pole emploi non plus...et de postuler directement c'est bien aussi

Les postes de serveur sont très demandés (bien que je ne sache pas dans quelle région est Gilles) et le métier fait partie de la liste des métiers en tension.

Donc inutile de payer même 1 € !!!

Dire « Merci » 2

Heureux de vous avoir aidé ! Vous nous appréciez ? Donnez votre avis sur nous ! Evaluez Droit-Finances

droit-finances 18146 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Commenter la réponse de caroledu92
Messages postés
10716
Date d'inscription
vendredi 28 janvier 2011
Statut
Contributeur
Dernière intervention
19 mai 2019
2448
0
Merci
Bonjour

Non, ce n'est pas légal

Il n'y a pas à payer pour chercher un emploi !
dna.factory
Messages postés
18328
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
17 mai 2019
5813 -
Attrape nigaud, inutile, je veux bien.
Illégal, je ne suis pas d'accord.

Ce n'est pas parce que d'autres propose un service similaire, apparemment gratuitement, que le fait de proposer un service de qualité "supérieure" (sic) en faisant payer est illégal.
Je peux manger pour 4.5€ au kebab. Ce n'est pas illégal qu'un restaurant me propose un menu à 45 euros (même si c'est pas bon).

Je ne me fais pas d'illusion sur la qualité du produit. Ils vont sur Monster (voir sur le bon coin), récupèrent les numéros de téléphones et donnent trois numéro de téléphones par mois à leur clients, et basta. Effectivement, payer 60 euros par an pour ça, c'est abusé.

Maintenant si il proposaient un suivi vraiment personnalisé, avec des ateliers, des cours, du coaching, des conseils, des recherches vraiment personnalisées. 60 euros par an, c'est pas si cher que ça (même si PE est sensé fournir la même chose gratuitement).

D'où mon conseil. Lire les conditions d'utilisation, et si ils ne respectent pas les conditions, là c'est illégal.
Commenter la réponse de caroledu92
Messages postés
18328
Date d'inscription
mercredi 18 avril 2007
Statut
Contributeur
Dernière intervention
17 mai 2019
5813
0
Merci
Vous avez recours à un service, c'est normal que ce service soit facturé.

Même si les fournisseurs de ce service ne font rien de plus que recopier les petites annonces Monster.

Si vous pensez ne pas avoir besoin de leur services et êtes capable de trouver plus facilement vous même, vous ne faites pas appel à leur services.

C'est exactement le même principe que les boites d'intérim/prestation. Sauf que dans le cas de l'intérim, c'est l'employeur qui paye, donc le salarié ne le voit pas. Mais quand on additionne tout, ça revient au même. Le salarié qui serait passé en direct aurait pu demander un salaire plus élevé pour compenser la somme que l'employeur n'a pas à verser à l'agence d’intérim.

Alors bien sur tout dépends du contrat que vous signez, et de l'efficacité par rapport au prix payé.

Si comme je l'ai dit, ils se contente d'imprimer une page de monster, de vous donner trois téléphones par mois, ca ne vaut peut-être pas la peine de payer pour ça.
Si ils ne respectent pas le contrat que vous avez signé après l'avoir soigneusement lu (sic), ce n'est pas légal.

Si par contre, ils vous permettent d'enchainer efficacement les postes, plus efficacement que vous même ou PE, alors, y'a pas de soucis.

60 euros, c'est remboursé par une journée de travail. Donc si ils vous permettent de travailler une journée de plus que les autres intervenants, c'est rentable.
Commenter la réponse de dna.factory
Dossier à la une