Non respect de la loi qui garantit la proctection psychique et psychologique

- - Dernière réponse :  Utilisateur anonyme - 27 avril 2019 à 13:30
Bonjour,

J ai sollicité un entretien à mon responsable des ressources humaines le 06.05.2019. Depuis l annonce de cet entretien, un collègue s est plaint de moi à mon responsable comme quoi je ne souhaitais pas travailler en équipe avec lui. Suite à une confrontation avec ce collègue et mon responsable il a dirigé à mon encontre des propos diffamatoires que j'ai récusé. Dois je maintenant faire un mail en précisant cet élément qui porte atteinte à ma dignité?

Merci d'avance
Cordialement
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

Messages postés
9773
Date d'inscription
dimanche 19 janvier 2014
Statut
Membre
Dernière intervention
22 mai 2019
3212
0
Merci
Bonjour,

Il ne s'agit pas d'un non-respect de la loi. Le fait que vous indiquiez cela montre simplement que votre analyse de la situation est uniquement personnelle et non d'un point de vue neutre. Vous partez du principe que vous avez raison, et vous voulez allez plus loin. Hors avant d'aller plus loin, il faudrait déjà savoir qui a réellement raison.

En réalité, il s'agit juste d'une situation de parole contre parole pour laquelle il n'est pas possible de vous aider.

Vous pouvez toujours contester, mais dans quel objectif par la suite ?

Vous évoquez votre "dignité" mais celle de votre collègue également a été atteinte. Refusez de travailler avec quelqu'un volontairement c'est grave, mais refusez de travailler avec quelqu'un sans en avoir conscience c'est pire car ce genre de situation est encore plus difficile à remettre en ordre.

CB
Commenter la réponse de hoquei44
0
Merci
J ai en effet indiqué un non respect de la loi parce que j ai subi une situation très déstabilisante au travail. Une de mes collègues proférait des jurons toute la journée et de depuis deux ans, elle était assise à côté de moi et les clients l'entendaient dire "fermez vos gueules". J ai sollicité mon responsable pour un changement de place mais il a refusé. j ai alors demandé à mon N+2 d'intervenir car cette collègue m agressait verbalement. Elle a su que je m étais plainte d'elle et là durant une après midi entière j ai reçu une pluie d'insultes dites tout fort devant tous mes collègues soit plus de douze personnes. J 'en ai fait part à la médecine du travail. Après une nouvelle sollicitation à mon N+2 cette collègue a été changée de placeet installée à côté d'autre personnes qui eux aussi s en étaient plaintes avant moi. J 'ai été choqué de voir qu aucun de mes responsables ne m ont soutenu durant ces journées où j attendais que l on me réponde pour avoir un entretien. Cette collègue aura tout aussi pu me taper. Il est clair que tous mes autre collègues l ont perçu et ont vu que mes responsables soutenait cette collègue et pas moi. Avant hier quand j ai sollicité l aide de mon collègue, je n ai pas refusé de travailler avec lui , j ai essayé mais il m a agrésse verbalement j ai donc coupé à la conversation. il est allé se plaindre à mon responsable en disant que je voulais pas travailler en équipe ce qui est faux. Hier durant cet entrevue il a déclaré qu il m avait en effet agressé verbalement et la raison est que moi et une collègue l"envoyons des pics" ce qui est totalement faux. J ai n eu aucun d'exemple de sa part. ce sont des propos diffamatoires .
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Dossier à la une