Régime des impatriés : la France devient attr

- 22 août 2008 à 12:41 - Dernière réponse :  mllissa - 18 mai 2009 à 20:06
L’article 121 de la loi de Modernisation de l’économie qui vient d’être votée en France modifie et étend le régime fiscal de faveur des impatriés, auxquels sont éligibles certains salariés et mandataires sociaux s’ils n’étaient pas résidents français pendant les cinq années précédant celle de leur prise de fonctions.
On rappelle que l’administration fiscale permet aux salariés et dirigeants exerçant une
activité à l’étranger et temporairement détachés en France, d’être exonérés, pour une
durée totale maximum de 6 ans, à raison :
- du supplément de rémunération lié à l'exercice de l'activité en France (« prime
d'impatriation ») sous réserve que leur rémunération imposable ne soit pas inférieure à
celle payée pour des fonctions analogues ;
- et, sur option, de la fraction de la rémunération correspondant à l'activité exercée à
l'étranger (« prime d'expatriation ») à hauteur de 20 %.

Nouveauté de loi de modernisation de l‘économie : Le dispositif s'adresse aux salariés et mandataires sociaux appelés de l'étranger à occuper un emploi dans une entreprise établie en France. Sont visées non seulement les personnes venant travailler en France dans le cadre de la mobilité interne d'un groupe international mais également, à la différence du régime prévu à l'article 81 B du Code Général des Impôts, les personnes directement recrutées à l'étranger par une entreprise établie en France.


Rémunération perçue au titre de l'activité exercée en France :

Ces personnes bénéficient d'une exonération de toute imposition de leur supplément de rémunération concernant leur activité sur le territoire français.

L'exonération s'applique jusqu'au 31 décembre de la cinquième année civile suivant celle de la prise de fonctions, soit pour une durée maximale de six ans. Durant cette période, l'exonération n'est toutefois accordée qu'au titre des années de domiciliation fiscale en France.

L'administration fiscale subordonne l'exonération à la condition que la rémunération de l'impatrié soumise à l'impôt sur le revenu soit au moins égale à celle versée au titre de fonctions analogues dans la même entreprise ou, à défaut, dans des entreprises similaires établies en France.

Ce régime est de plus cumulable avec les exonérations applicables (avec limitation cependant) pour les expatriés en mission à l'étranger (exonération du supplément de rémunération lié à l'expatriation).

En matière patrimoniale, une partie des revenus de leurs capitaux mobiliers laissés à l’étranger (entre autre) sera exonérée d’impôts en France (50¨%). Ceci ne concerne cependant pas les prélèvements sociaux.

Une dernière amélioration a été apportée au régime des impatriés qui voient leur patrimoine domicilié hors de France également exonéré d'ISF pendant les cinq premières années de séjour en France.

www.joptimiz.com, site dédié à l’information fiscale et patrimoniale des expatriés français
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

Meilleure réponse
14
Merci
Je suis belge est je postule pour un emploi à Paris dans une entreprise Française.
Je n'ai jamais résidé en France et je vais établir mon domicile fiscal à Paris.
Je crois donc être dans les conditions pour bénéficier du régime fiscal intéressant pour impatriés.
Est-ce automatique ?
Ou bien faut-il que l'entreprise fasse une démarche particulière pour que je bénéficie de ces conditions ?
Merci de m'aider.
D

Merci domi779 14

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

droit-finances a aidé 14069 internautes ce mois-ci

Commenter la réponse de domi779
1
Merci
je vais saisir la commission d surendettement y at'il un obstacle avec un mariage avec un algerien pour le faire venir plustard en france
Commenter la réponse de mllissa
Dossier à la une