Délit d'entrave : définition et sanctions du Code du travail

En cas d'entrave à l'exercice des fonctions des représentants du personnel, du comité social et économique (CSE) ou du droit syndical, l'employeur s'expose à des risques de poursuites pénales. Le point sur les sanctions encourues.


Définition

Le délit d'entrave est l'acte ou l'omission par lesquels l'employeur porte atteinte à la libre désignation ou à l'exercice régulier des fonctions d'un représentant élu du personnel ou d'un délégué syndical.

Exemples

En pratique, un délit d'entrave peut notamment prendre la forme :

  • d'un refus d'organiser l'élection des représentants du personnel lorsque la loi l'impose ;
  • d'un salarié protégé sans respecter la procédure prévue par le Code du travail ;
  • d'un refus de fournir des informations auxquelles les représentants du personnel peuvent légalement avoir accès ;
  • d'une entrave aux missions exercées par le comité social et économique (CSE).

Notre vidéo

Les conseils d'Eric Roig, directeur-fondateur de droit-finances.net

Chargement de votre vidéo
"Droit finances : Comité d'entreprise"

Sanctions

Le Code du travail (article L. 2317-1) sanctionne d'une peine d'un an d'emprisonnement et d'une amende de 7500 euros le fait d'entraver la constitution d'un CSE ou la libre désignation de ses membres. L'entrave à son fonctionnement est quant à elle punie d'une amende de 7500 euros.

L'engagement des poursuites peut être enclenché suite à une plainte de la (ou des) victime(s) ou suite à l'établissement d'un procès-verbal par l'inspecteur du travail. Le délai pour agir est de 3 ans.

Réalisé en collaboration avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction d'Éric Roig, diplômé d'HEC
Ce document est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.
Dossier à la une