Taxe ordure ménagère [Résolu]

patrice - 3 mai 2017 à 23:51 - Dernière réponse : djivi38 16480 Messages postés dimanche 12 avril 2015Date d'inscription 25 avril 2018 Dernière intervention
- 4 mai 2017 à 01:23
Bonjour,

Voila j'explique mon cas rien de bien grave mais j aimerai quelque conseil pour comprendre car actuellement locataire d une maison je payes chaque année la taxe ordure ménagère entièrement pour la maison que je loue , mais cette taxe n est pas comprise dans mon loyer je doit payer en début d année , et je n'est pas de facture non plus
Afficher la suite 

1 réponse

Répondre au sujet
djivi38 16480 Messages postés dimanche 12 avril 2015Date d'inscription 25 avril 2018 Dernière intervention - 4 mai 2017 à 01:23
+1
Utile
bonjour,

la TEOM est due - pour l'année entière - par l'occupant du logement au 1° janvier.
Exemple : Si vous remboursez la TEOM 2016 en début d'année 2017, c'est que le bailleur (qui l'a reçue avec sa TF en octobre 2016) attendait de savoir si vous resteriez jusqu'à la fin de l'année 2016.
La TEOM peut ne pas être incluse dans le loyer, rien d'illégal à ça.
Rien d'illégal non plus de ne pas recevoir de "factures" de la part de votre bailleur (un particulier ne fait pas des "factures"); en revanche, si vous voulez, vous pouvez très bien lui demandez un "reçu", qu'il doit vous fournir gratuitement.

Voici mon petit topo habituel sur la TEOM (Taxe Enlèvement Ordures Ménagères) :

Le calcul de la TEOM s’effectue sur la même base que la taxe foncière sur les propriétés bâties, c'est-à-dire sur la valeur locative cadastrale; cependant la commune peut décider de plafonner cette valeur locative. Le montant de la taxe correspond à ce montant multiplié par le taux fixé librement et annuellement par la collectivité.

La TEOM est une TAXE payée par le propriétaire en même temps que sa TF de l’année en cours, mais qui, pour un bail d’habitation, est à la charge du locataire, lequel doit – sur demande du propriétaire - la lui rembourser.
[Voir la loi du 6 juillet 1989 complétée par le décret n° 87-713 du 26 août 1987 article 8 « Imposition et redevances »]

Savoir si la TEOM est due :

Si les charges mensuelles sont « FORFAITAIRES » (cas en « meublé ») : le propriétaire peut faire une « indexation » annuelle, au même titre que le loyer. Ce forfait comprenant toutes les charges récupérables, la TEOM ne peut donc pas être réclamée en supplément.

Cf. : http://www.pap.fr/argent/impots/la-taxe-denlevement-des-ordures-menageres-teom/a2514

Si les charges mensuelles sont « AU RÉEL » (cas en « vide » et/ou en « meublé » si c’est le choix du propriétaire) ou s'il n'y a aucune charge (location maison individuelle) : La TEOM est remboursable par le locataire, en une seule fois et au centime près, selon les 3 principes suivants :

=> SUR JUSTIFICATIF : [copie de la TF ou tenue à disposition du locataire pendant 6 mois après la demande. Une vérification peut également être faite aux impôts]. Le locataire doit prendre le temps de vérifier que le montant demandé correspond bien à son SEUL logement (valeur cadastrale du logement);

=> AU PRORATA JOURNALIER du temps d'occupation du locataire (si arrivée et/ou départ en cours d'année);

=> ET SANS LES FRAIS DE GESTION/RÔLE (au bas de l'avis de taxe foncière du propriétaire), lesquels sont toujours uniquement à la charge des propriétaires.

ATTENTION : ne pas confondre TEOM, REOM et RS : voir :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F22730

¤ À défaut de régularisation au moins annuelle (charges au réel), le montant de la TEOM peut être réclamé par le propriétaire sur 3 ans pour les baux signés à partir du 24/3/2014 (loi Alur), et 5 ans pour les baux signés avant la loi Alur.

¤ En cas de régularisation tardive (charges au réel), le locataire a la possibilité légale de demander un étalement de paiement sur 12 mois (Article 23 loi du 06/07/1989). L’étalement ne concerne que les années régularisées, pas l'année en cours.

Cdt.



Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Commenter la réponse de djivi38
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une