Exclusion d'un membre d'association : la procédure

L'exclusion d'un membre d'une association doit respecter les règles et la procédure prévues dans les statuts. Et elle peut être contestée en justice.

Motifs d'exclusion d'une association

Le plus souvent, un membre est susceptible d'être exclu d'une association lorsqu'il enfreint une disposition des statuts ou une règle prévue par le règlement intérieur. Une exclusion peut également être prononcée lorsque le membre a porté préjudice à l'association par ses actes ou son comportement ou, plus simplement, lorsque le membre en question ne paye plus ses cotisations.

Dans tous les cas, il faut que la sanction envisagée soit proportionnée par rapport à la gravité de la faute commise. Les motifs d'exclusion d'un membre peuvent être mentionnés au sein des statuts et dans ce cas, c'est à ces dispositions qu'il convient de se référer pour décider d'exclure ou non une personne.
Les statuts peuvent par exemple prévoir la démission d'office de l'association en cas de non-paiement des cotisations.

Décision de révocation

La procédure d'exclusion d'un membre peut être envisagée au sein des statuts. Ceux-ci peuvent alors prévoir l'organe compétent pour prendre la décision ainsi que les éventuelles formalités à suivre. A défaut, ce pouvoir relève de la compétence de l'assemblée générale de l'association qui se prononce sur l'exclusion dans les conditions de quorum et de vote habituelles.

Recours contre une exclusion

Tout membre doit pouvoir être mis en mesure de se défendre avant la décision d'exclusion. Pour l'association, cette règle suppose de l'informer suffisamment à l'avance afin qu'il puisse prendre connaissance des motifs qui lui sont reprochés et de la sanction envisagée à son encontre. La personne doit également pouvoir avancer ses arguments de défense. Il est par exemple possible de prévoir une convocation devant une commission de discipline au cours de laquelle le membre pourra présenter ses explications sur les faits qui lui sont reprochés.

L'association doit respecter ces règles lorsqu'elle met en oeuvre une procédure d'exclusion. A défaut, un membre exclu peut toujours envisager une action en justice à l'encontre de la décision prise en avançant le fait qu'il n'a pas été en mesure de présenter sa défense. Il peut également agir en justice lorsque les faits qui lui sont reprochés ne lui sont pas imputables ou lorsque la sanction prononcée s'avère disproportionnée par rapport à la faute commise. La juridiction compétente pour juger l'affaire est le tribunal judiciaire.

Modifié le 15/11/2021 par Eric Roig.
Réalisé avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction
d’Éric Roig, diplômé d’HEC, et de Matthieu Blanc, Master de Droit des affaires.
Actualisé en permanence et à jour des dernières évolutions législatives.
A voir également
  • Jurisprudence exclusion membre association
  • Exclusion abusive d'une association - Meilleures réponses
  • Exclusion d'un membre du bureau d'une association - Meilleures réponses
Ce document est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.