Maintien de salaire par mon employeur pendant AT

Signaler
-
Bonjour,

Je suis en arrêt maladie depuis mars 2020, justifié chaque mois par un arrêt de travail du médecin, mon employeur est systématiquement prévenu par mail, et l'arrêt est envoyé dans les 48h. La sécurité sociale me verse des indemnités journalières depuis le début. J'ai deux ans d'ancienneté et je travaille à temps complet.

Ma convention collective est celle de l'hospitalisation privée à but lucratif, voici l'article qui traite du maintien de salaire en cas d'arrêt maladie :https://www.legifrance.gouv.fr/affichIDCCArticle.do?idArticle=KALIARTI000020977284&cidTexte=KALITEXT000005658770 (article 84.1)

Or, j'ai eu un maintien par mon employeur à 90% de mi-mars jusqu'à juin, puis aucun maintien ensuite. J'ai plusieurs fois fait des mails et appelé mon employeur en lui demandant si cela était conforme à la convention collective, en citant l'article en question, et je n'ai pas eu de réponse. La seule information que j'ai pu avoir, c'était au début du mois d'août, mon employeur me disant que la comptable étant partie en vacances je devrais attendre son retour à la fin du mois pour avoir une réponse puisque mon employeur, je la cite, "n'y connait rien à tout ça".

Ce jour, je viens de recevoir un mail de sa part avec ma fiche de salaire du mois d'août, qui ne comprend toujours pas de maintien de salaire, et sans aucune réponse ni d'elle ni de la comptable quant à la question de l'interprétation de cet article de la convention collective malgré mes demandes à ce sujet.

Mon interprétation étant la suivante, j'aurais du percevoir un maintien de salaire en complément des indemnités journalières de la sécurité sociale à hauteur de 100% de mon salaire durant les 90 premiers jours d'arrêt maladie, puis ensuite à 80%.

Qui a raison selon vous? Je souhaiterai être certaine de ne pas être dans l'erreur, avant de la rererelancer à ce sujet (bien que si elle m'avait donné une réponse quant à ma question ça m'aurait donné une piste pour comprendre!).

Je vous remercie par anticipation pour vos réponses.
Dossier à la une