Accusé à tort de délit de fuite

Signaler
-
Bonjour cher membre, le 10 janvier 2020 sur un parking de supermarché, j'ai démarré mon véhicule pour sortir de ma place de parking en marche arrière quand j'ai brusquement freiné ayant vu une voiture derrière moi. En une fraction de seconde la conductrice est sortie de son véhicule s'est mise à tambouriner violemment sur le mien en hurlant. J'ai ouvert pour lui demander pourquoi cet accès de rage et elle m'a sommé d'avancer mon véhicule ce que j'ai fait sans réfléchir. puis je suis sortie pour avoir des explications. j'ai été agressé verbalement sommé de rédiger un constat stipulant que j'ai embouti son véhicule et un second véhicule est arrivé en trompe et la personne s'y trouvant s'est mise aussi à m'agresser. La conductrice du véhicule supposé accidenté m'a montré une marque sous son feu arrière droit et a vociféré que c'est moi qui ai fait çà, j'ai fait savoir mon étonnement d'avoir commis cette trace dans la position où je me trouvais car pour ma part c'est son aile droit qui aurait subit des dommages. Elles hurlaient et ont menacé d'appeler la police ce que j'ai demandé qu'elles fassent car n'étant pas rassuré devant cette agressivité. La conductrice a appelé(je suppose la police) et d'après ses réponses n'a pas obtenu d'eux qu'ils viennent. J'ai appelé de mon côté la police étant bloqué depuis 30mn pour leur expliquer la situation et on m'a dit au téléphone de noté l’immatriculation et assurance de l'autre véhicule et ensuite me rendre au commissariat le plus proche pour une main courante. Nous avons toutes les deux pris des photos de nos véhicules , j'ai proposé à la conductrice de me suivre au commissariat le plus proche pour que nous réglions ce litige sans agression ni pression. Elle a décliné l'offre et m'a dit que je ne bougerais pas puis m'a fait savoir que la seconde conductrice était un témoin ainsi qu'un employé de leclerc. Elle est allée chercher l'employé qui m'a dit que les torts seront de 50/50 et moi j'ai répondu que je devrais me rendre à l'école chercher mon fils et que je ne peux signer des faits sous pression que je ne reconnais pas. Il a demandé à la conductrice de déplacer son véhicule et de me laisser partir ce qu'elle a fait et je me suis rendue au commissariat comme conseillé. Au commissariat, on m'a dit que je ne pouvais déposer une main courante que je devrais informer mon assurance des faits et joindre tous ce que j'avais comme preuves. J'ai informé mon assurance le 11 Janvier 2020 qui m'a dit enregistré ma déclaration en sinistre en attendant que l'autre partie se manifeste. Le 27 Janvier, je reçois un mail de mon assurance me signifiant qu'après avoir examiné les circonstance de l'accident, il leur semble que ma responsabilité soit totalement engagée et qu'il restait dans l'attente d'élément de preuves de la partie adverse. Ébahie, je leur passe un coup de fil pour comprendre ce qui a provoqué une telle conclusion et on m'informe que la partie adverse a déposé plainte et j'apprends aussi qu'elle est assuré dans la même compagnie. Le 29 Janvier j'ai reçu un courrier m'accusant de délit de fuite, me demandant de transmettre ma déclaration de sinistre sous 15 jours. J'aimerai savoir ce que je dois faire face à cette fausse accusation car je n'ai pas fuis puisque nous sommes restées sur les lieux à ne pas être d'accord durant plus d'une demie heure et que nous avons filmé chacune les informations de l'autre. De plus j'ai déclaré le supposé sinistre à mon assurance. Dois-je transmettre tous les courriers pouvant provenir du tribunal à mon assurance à leur demande? Que puis-je faire face à cette situation? Vous remerciant par avance pour vos conseils futurs.
Cordialement
Dossier à la une