Mi-temps thérapeutique interrompu

Signaler
-
Bonjour,

J ai été convoquée pour un contrôle au service médical le 18/07/18 via mon compte Améli et la veille du rdv par sms, suite à une arthrodèse L4-L5 du 26/08/16, à cette visite, le médecin conseil n’a pris la peine de visionner ni les clichés ni les comptes-rendus concernant le pourquoi de mon mi-temps thérapeutique et à juste noté les dates des actes médicaux effectués et sans résultats positifs depuis, me parle d une éventuelle assurance mais me dit quand même au passage que ce n est pas à la portée de tout le monde et j ai bien compris que j en avait pas les moyens... sur ce rien de plus qu un au revoir et bon courage...
J apprends lors d une visite non prévue avec mon médecin traitant le 06/08/18 qu un courrier lui a été envoyé le 20/07/18 lui indiquant un désaccord concernant la prescription de l arrêt de travail et émanant un avis défavorable d ordre médical à compter du 08/08/18 alors que mon mi temps était accordé jusqu au 28/08/18 et ce sans avoir reçu moi même un courrier m informant de cette décision !!! Après appel à la sécu, pour plus d informations, me fait patienter parce qu elle ne trouve pas cette notification, ne comprend pas et après attente pour plus de renseignements auprès du service médical, la réponse est sans appel, et qui, après étonnement de cette erreur, me confirme les écrits et me fait part d un déclenchement d «envoi » de ce courrier non reçu. Après cela c est le désarroi total entre avertir mon employeur (qui est bien sûr pas au courant) et le rdv avec le médecin du travail pour la reprise et tout ça en moins de 48 heures... quels sont les recours, mes droits de contestation (car je suppose que c est perdu d avance) et est ce normal que cela soit à moi de réclamer ce courrier !!! Je ne sais plus où j en suis surtout qu une intervention plus lourde serait envisagée mais demande un temps de réflexion car tout se ferait par devant et psychologiquement je ne suis pas prête...
Quels conseils me donneriez vous ?
Merci par avance.
Dossier à la une