Covoiturage et impôts - Barème et exonération

Comment sont imposés les frais payés par les passagers dans le cadre d'un covoiturage (Blablacar ou autre opérateur). Les conditions d'exonération.

Les conditions d'exonération d'impôt des revenus tirés du covoiturage ont été précisées par une circulaire fiscale en date du 30 août 2016. Cette circulaire définit notamment la fiscalité de l'économie collaborative.

Conditions d'exonération

Les revenus encaissés dans le cadre d'un covoiturage sont exonérés d'impôt sur le revenu et n'ont pas à être déclarés dès lors qu'il y a participation personnelle du contribuable en tant que conducteur. A l'inverse, par exemple, de la location de voitures entre particuliers. Mais attention : le revenu encaissé ne doit pas dépasser le montant total des frais liés au trajet, déduction faite de la quote-part du conducteur. Exemple : un conducteur propose deux places de passagers sur un trajet qui coûte 90 €. Sa quote-part est donc de 30 €. il ne pourra pas encaisser plus de 60 €, soit 30 € la place. Au-delà, il réalise un bénéfice théoriquement imposable.

Evaluation des frais

D'après l'administration fiscale, le coût du trajet peut être évalué en utilisant le barème kilométrique (qui comprend notamment les frais de carburant, l'assurance et l'amortissement du véhicule) et en y ajoutant le prix des péages éventuels.

Crédits photo : 123RF - Paul Vasarhelyi

Modifié le 19/01/2021 par Eric Roig.
Réalisé avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction
d’Éric Roig, diplômé d’HEC, et de Matthieu Blanc, Master de Droit des affaires.
Actualisé en permanence et à jour des dernières évolutions législatives.
A voir également
  • Tarif covoiturage 2019
  • Tarif covoiturage - Meilleures réponses
  • Tarif covoiturage 2020 - Meilleures réponses
Ce document est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.