Loi justice du 21e siècle (loi J21) - Résumé

La loi sur la justice au 21e siècle (J21) modifie de nombreuses procédures judiciaires. Le point sur cette réforme de la justice dont le texte est paru au Journal officiel du 19 novembre 2016.

Globalement, la réforme vise à désengorger les tribunaux et à réduire les délais de justice. Pour ce faire, le texte supprime un certain nombre de missions jusque là confiées aux juges. Voici les principaux changements mis en oeuvre par la Loi Justice.


Texte

Le texte de la loi justice au 21e siècle (ou "projet de loi relatif à l'action de groupe et à l'organisation judiciaire") peut être téléchargé en ligne dans sa version publiée au Journal officiel : Télécharger le texte de la loi justice du 21e siècle. Les domaines concernés par la réforme sont nombreux : divorce, changement de prénom, infractions au Code de la route... En voici les grandes lignes.

Délits routiers

La loi prévoit différentes mesures en matière d'infractions au Code de la route.

Conduite sans permis ou assurance

La conduite sans permis ou la conduite sans assurance ne sont plus sanctionnées par une peine d'emprisonnement mais par une simple amende qui éteindra l'action publique. En d'autres termes, l'auteur du délit n'est donc pas jugé devant un tribunal dès lors qu'il s'acquitte de l'amende forfaitaire. Des exceptions existent cependant. C'est le cas si l'auteur est en situation de récidive, s'il est mineur ou si l'OPJ estime que le procureur doit être saisi en raison de la gravité de l'infraction.

Véhicule de société flashé

Le paiement de l'amende en cas d'infraction sur un véhicule de société posait jusqu'à maintenant un problème pratique. Le texte impose désormais l'obligation pour les entreprises de donner le nom du conducteur si celui-ci s'est fait flashé au volant d'un véhicule appartenant à sa société. Si elles ne le font pas, elles risquent une contravention.

Faux permis

La loi crée un nouveau délit de conduite avec un faux permis. Cette nouvelle infraction est sanctionnée d'une peine d'emprisonnement de 5 ans et de 75 000 euros d'amende. Soit une sanction plus sévère que la conduite sans permis de conduire.

Divorce amiable

Le texte supprime l'obligation de passer par le juge en cas de divorce par consentement mutuel (ou divorce à l'amiable). Dès lors que les époux sont d'accord, ils peuvent signer une convention de divorce contre-signée par leurs avocats respectifs. Le document est ensuite simplement enregistré par un notaire. Le texte ouvre donc pour la première fois la possibilité de divorcer sans juge.

Pacs

Auparavant, les concubins devaient s'adresser au greffe du tribunal d'instance pour faire enregistrer leur déclaration de Pacs. La loi justice prévoit que cette formalité doit désormais être réalisée en mairie devant un officier d'état civil et non plus au tribunal.

Tribunaux d'instance

La loi vise également à décharger les tribunaux d'instance, compétents pour les "petits" litiges dont les sommes en jeu ne dépassent pas 4000 euros. Le texte impose une tentative préalable de conciliation avant la saisine du tribunal.

Juridictions de proximité

La suppression des juridictions de proximité est une mesure prévue de longue date et plusieurs fois repoussée. La loi a fixé son entrée en vigueur au 1er juillet 2017.

Tribunaux pour mineurs

La réforme prévoit également la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs. Ces tribunaux jugeaient les mineurs récidivistes de plus de 16 ans encourant des peines d'au moins 3 ans de prison.

Changement de prénom

Auparavant, c'était le JAF du TGI qui autorisait ou non une demande de changement de prénom. La loi justice confie ce pouvoir à l'officier d'état civil. Ce dernier peut toutefois toujours saisir le procureur de la République s'il estime que la demande qui lui est présentée n'est pas motivée par un intérêt légitime.

Renonciation à succession

Il faut s'adresser au TGI pour renoncer à une succession (voir les démarches à suivre). La loi prévoit la possibilité de s'adresser également à un notaire.

Surendettement

Les plans de surendettement devait auparavant passer par un juge pour être validés. La réforme supprime cette étape qui ne constitue bien souvent qu'une formalité, puisque 98 % des plans sont homologués par les juges. L'intervention du juge n'est plus nécessaire qu'en cas de litige entre les parties et la commission de surendettement.

Action de groupe

Le texte permet désormais l'introduction d'une action de groupe dans le domaines des discriminations, des questions environnementales ou de protection des données personnelles.

Déclaration de naissance

Jusqu'à la nouvelle loi, un délai de 3 jours s'appliquait pour déclarer la naissance d'un enfant en mairie. Lorsque la date limite est dépassée, il faut se rendre au tribunal pour déclarer l'enfant. Afin de réduire le nombre de procédures dues aux déclarations trop tardives, la loi augmente la durée du délai de déclaration pour le porter désormais à 5 jours.

SAUJ

La loi prévoit également le déploiement des services d'accueil unique du justiciable (SAUJ) sur l'ensemble du territoire. Il s'agit de guichets mis en place dans les tribunaux afin de renseigner et d'aider les justiciables dans leurs démarches auprès des juridictions.

Crédits photo : 123RF - Joerg Hackemann

Réalisé en collaboration avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction d'Éric Roig, diplômé d'HEC
A voir également
  • Loi justice du 21e siècle (loi J21) - Résumé
Ce document est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.
Dossier à la une