Evasion fiscale et paiements en liquide

Pour lutter contre la fraude fiscale, les paiements en espèces sont plafonnés et les transferts d'argent à l'étranger doivent être déclarés. Montants et plafonds.


Droit de visite

Quand l'administration estime que le contribuable se livre à des agissements frauduleux pour dissimuler une activité occulte ou pour diminuer le montant de l'impôt dû, elle peut demander au président du tribunal judiciaire une ordonnance l'autorisant à exercer un droit de visite et de saisie, y compris dans les lieux privés du contribuable soupçonné ou de tiers.

Paiement en espèces

Pour lutter contre la fraude, les paiements en espèces sont interdits au-delà d'un certain montant :

  • 1 000 € pour les particuliers qui achètent un bien ou un service à un professionnel
  • 1 500 € pour le paiement des salaires par l'employeur
  • 3 000 € pour les achats d'un bien immobilier (terrain, logement, etc.).

Le paiement en espèces entre particuliers n'est pas plafonné pour les opérations non professionnelles.Voir Interdiction de paiements en espèces : les plafonds

Le même plafond s'applique aux particuliers et aux commerçants qui versent des primes et cotisations sur contrats d'assurance-vie ou d'assurance-décès.

Retrait et versement d'espèces

Dans le cadre de la lutte contre le blanchiment, les organismes bancaires doivent signaler à la cellule Tracfin tout retrait ou versement d'espèces dont le montant cumulé dépasse 10 000 € sur un même mois.

Transferts à l'étranger

Tout transfert de plus de 10 000 euros à l'étranger doit être déclaré à l'administration, soit par l'établissement financier concerné, soit par le contribuable lui-même si ces sorties d'argent ont lieu en espèces. Un formulaire spécial est disponible à cet effet à la douane, mais vous pouvez aussi le remplir avant votre départ afin de gagner du temps : télécharger le formulaire cerfa 13426.

Toute infraction à ce niveau peut aboutir à la consignation de la somme par l'administration des douanes et à une amende de 50% de cette somme. L'administration fiscale, de son côté, considèrera qu'il s'agit de revenus imposables en France sauf preuve contraire.

L'ouverture, l'utilisation ou la clôture d'un compte bancaire à l'étranger doit également être déclarée sous peine d'une amende de 1 500 euros par compte.

Voir aussi Comptes bancaires à l'étranger : les règles

Réalisé en collaboration avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction d'Éric Roig, diplômé d'HEC
Ce document est soumis au droit d'auteur. Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite.
Dossier à la une