AE/EI/EURL et travail à l'étranger

treuze 3 Messages postés mercredi 27 avril 2016Date d'inscription 13 février 2018 Dernière intervention - 13 févr. 2018 à 12:19
Bonjour,

Je prévois de faire un tour du monde (une quinzaine de pays différents) et espère travailler sur place pour financer la suite du voyage. Je pensais m'en sortir avec un PVT pour un pays, éventuellement 1 ou 2 visas et du Woofing/black.
Sauf que j'ai eu une idée dont je ne suis pas sûr de la possibilité/légalité.

Si je me met au statut AE/EI/EURL et que pendant mon voyage je facture des prestations (je travaille dans le développement logiciel) à des clients qui peuvent être situés dans le pays où je serai ou pas, est-ce que j'aurai besoin d'un visa de travail ?

Prenons l'exemple des USA comme ça a l'air d'être un des pays les plus compliqués.

Techniquement, les factures seront émises avec une adresse en France, payées sur un compte en France, et la prestation est réalisée à distance. Donc (de mon point de vu), que je sois en France, aux USA, au Groenland ou sur Mars, ça ne change rien (à part le ping sur Mars bien sûr).

Je suppose qu'il doit y avoir des subtilités en fonction de chaque pays, mais déjà est-ce que cela peut marcher du côté Français ?
Pour les pays où je vais voyager, mon but principal sera le tourisme, donc ça ne serait pas mentir que prendre un visa touristique. Mais est-ce que cela m'empêcherait:
1 - De facturer des services à une entreprise basée aux USA ?
2 - De facturer des services à une entreprise basée ailleurs (Canada, France, Mexique, ...) ?

Et dernière question: dans le cas où ça serait possible, est-ce que je devrais faire la majorité de mes activités en France (donc dans ce cas pour des clients français) afin de conserver le statut AE/EI/EURL, ou le simple fait d'avoir le "siège" (comprendre adresse de facturation) en France suffit ?

Merci d'avance pour vos réponses

Adrien
Afficher la suite 
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une