Rupture période d'essai et chomage

djinnie - 14 sept. 2017 à 13:58 - Dernière réponse : mike0638 491 Messages postés dimanche 31 janvier 2010Date d'inscription 1 février 2018 Dernière intervention
- 14 sept. 2017 à 14:25
Bonjour
j'ai eu une rupture conventionnelle en juillet 2015
j'étais inscrite à Pole Emploi sans être indemnisée de juillet 15 à janv 16
j'ai eu un cdd de fév 16 à juin 16 : j'ai cumulé sur cette période allocations chomage et salaire
j'ai été à nouveau au chomage et indemnisée de juillet 16 à mai 17
j'ai eu un nouveau cdd au 1er juin 17 mais j'ai rompu la période d'essai au 11 aout 17
Pole emploi vient de me signaler qu'il mettait un terme à mes allocations du fait de cette démission et que je ne devais demander un nouvel examen de mes droits que dans 4 mois.
Pouvez vous m'éclairer sur ma situation
Merci par avance
Afficher la suite 

1 réponse

Répondre au sujet
mike0638 491 Messages postés dimanche 31 janvier 2010Date d'inscription 1 février 2018 Dernière intervention - Modifié par mike0638 le 14/09/2017 à 14:26
0
Utile
Bonjour,

vous avez repris un emploi dont la durée totale a été de 91 jours ou plus, depuis l'ouverture de vos droits au chômage.
Dès lors, votre rupture, même en période d'essai, est considérée comme non légitime et privative de reprise d'indemnités, Pôle emploi, ayant sa propre réglementation, n'est pas lié au droit du Travail.

L’article 26 § 2 du règlement général susvisé est modifié comme suit :

« […]

§ 2 - Lorsque le salarié privé d’emploi en cours d’indemnisation justifie d’au moins 91 jours ou 455 heures de travail depuis sa précédente ouverture de droits, la poursuite de l’indemnisation est subordonnée au fait qu’il ne renonce pas volontairement à sa dernière activité professionnelle salariée.

Cette condition n’est pas opposable lorsque le départ volontaire met fin à une activité qui a duré moins de 8 jours ou qui représente moins de 17 heures par semaine.


Cordialement
Commenter la réponse de mike0638
Newsletter

Pour mieux gérer vos finances et mieux défendre vos droits, restez informé avec notre lettre gratuite

Recevez notre newsletter

Dossier à la une